Plasturgie : trop faible répercussion de la baisse des prix du pétrole, une situation alarmante pour l’industrie française !

A l’heure où le pétrole se stabilise à un prix plancher, avec des marges doublées pour les producteurs de matières, les plasturgistes s’alarment de ne constater qu’une baisse très modeste et décalée des prix matières par rapport à la baisse du prix du baril. « Ce « printemps énergétique » bénéficie à l’industrie de la chimie, qui voit ses coûts de production baisser, mais pour les plasturgistes, qui ne bénéficient presque pas de réductions sur l’achat des matières, il signifie seulement davantage de pressions de la part de l’ensemble des acteurs. C’est paradoxal, mais la baisse du prix du pétrole nous fait craindre le pire ! » s’inquiète Florence POIVEY, Présidente de la Fédération de la Plasturgie et des Composites.