Cumuer AAH et travail : Quel est le seuil de revenus à ne pas dépasser pour conserver son allocation?

L’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) offre un soutien financier aux personnes en situation de handicap en France. Apprenez comment cumuler l’AAH avec un emploi à temps partiel, les seuils de revenus à respecter et les conditions pour maintenir votre autonomie financière.

Cumuer AAH et travail Quel est le seuil de revenus à ne pas dépasser pour conserver son allocation

Bien comprendre les modalités de AAH en France est essentiel pour les personnes en situation de handicap. Cette aide financière, fournie par la CAF, vise à soutenir l’autonomie financière et l’inclusion sociale des bénéficiaires. Dans cet article, nous explorerons les conditions d’éligibilité à l’AAH. Mais aussi la possibilité de cumuler l’AAH avec un travail à temps partiel ! Ainsi que les seuils de revenus à respecter. Et enfin, les démarches nécessaires pour garantir une gestion financière responsable. Informez-vous sur vos droits ! Découvrez comment maintenir votre indépendance financière tout en favorisant votre épanouissement professionnel et social.

publicité

L’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH)

L’AAH est une aide financière de la CAF pour les personnes âgées de 20 ans et plus qui ont un taux d’incapacité élevé, atteignant 80%. Elle est également disponible pour les personnes de moins de 60 ans qui ont une limitation importante et durable qui rend difficile leur accès à un emploi ! Et ce, avec un taux d’incapacité compris entre 50 et 79%. L’objectif principal de l’AAH est de soutenir ces individus. Et ce, en leur permettant de maintenir leur indépendance financière et de favoriser leur intégration dans la société ! Tant sur le plan social que professionnel. Grâce à l’AAH, les personnes en situation de handicap peuvent recevoir une aide financière régulière pour subvenir à leurs besoins quotidiens. Cette allocation leur permet de faire face aux dépenses essentielles ! Telles que le logement, la nourriture et les soins de santé. Cela leur donne une certaine stabilité financière.

publicité

En plus de soutenir financièrement les bénéficiaires, l’AAH vise également à favoriser leur inclusion sociale et professionnelle. Elle reconnaît les difficultés particulières auxquelles ces personnes doivent faire face et cherche à leur offrir des opportunités équitables dans la société. En fournissant un soutien financier, l’AAH permet aux individus de participer activement à la vie sociale et de développer leurs compétences professionnelles. Il est important de noter que l’AAH peut être cumulée avec d’autres aides sociales et peut même être perçue tout en travaillant. En effet, il est possible de cumuler travail et AAH. Cela signifie que les bénéficiaires peuvent poursuivre une activité professionnelle rémunérée sans perdre leur droit à l’AAH. Cependant, il y a certaines conditions à respecter, telles que le nombre d’heures travaillées, qui doit être adapté à la situation individuelle de chaque personne.

publicité

Cumuler travail et AAH

Il est possible de cumuler l’AAH avec un travail, mais certaines conditions doivent être respectées. Tout d’abord, le travail doit être à temps partiel et ne pas dépasser un certain nombre d’heures, adapté à la situation individuelle ! Et ce, en fonction des capacités et du handicap de la personne. Si la meilleure durée de travail n’est pas évidente, il est possible de demander l’avis de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) pour déterminer le nombre d’heures de travail le plus approprié. En général, la limite hebdomadaire se situe autour de 20 heures. Cependant, d’autres conditions doivent également être prises en compte pour continuer à bénéficier de l’AAH tout en travaillant.

publicité

Les seuils de revenus pour toucher l’AAH

Avec la revalorisation de l’AAH en 2024, son montant passe à 1 016 euros. Pour pouvoir percevoir cette aide, plusieurs conditions doivent être remplies ! Notamment l’âge et la résidence en France, ainsi que le taux d’incapacité requis. Certaines maladies spécifiques donnent également droit à l’AAH. Et ce, selon les critères établis par les Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH).

publicité

Cependant, le montant de l’AAH sera réduit progressivement en fonction du salaire perçu. Et ce, si le bénéficiaire travaille tout en percevant cette allocation. Il est important de s’assurer que les revenus restent en dessous des limites fixées par la loi. En pratique, les revenus provenant d’une activité professionnelle ne sont pas pris en compte dans le calcul de l’AAH pendant les 6 premiers mois de travail en milieu ordinaire. Après cette période, l’allocation sera réduite progressivement. De plus, le montant de l’AAH sera également réduit. Et ce, si la rémunération combinée de l’Esat et de l’AAH dépasse un seuil spécifique. En tout cas, il est important de savoir qu’il est possible de cumuler le travail et l’AAH.

publicité

Cumuler le travail et l’AAH : Maintenir l’inclusion sociale et professionnelle

Il est essentiel de comprendre les règles et les conditions liées à l’AAH pour pouvoir bénéficier de ce soutien financier tout en travaillant. En respectant ces conditions, les personnes en situation de handicap peuvent maintenir leur autonomie financière. Ils peuvent également maintenir leur inclusion sociale et professionnelle. D’ailleurs, cumuler le travail et l’AAH est possible. Ainsi, il est recommandé de se renseigner auprès de la CAF et des MDPH pour obtenir des informations précises sur les droits, les démarches à suivre et les éventuelles évolutions de la législation. En comprenant ces règles, les personnes concernées peuvent gérer leur situation financière de manière responsable et prendre des décisions éclairées pour leur avenir professionnel.

publicité

 

publicité

Écris par Pauline

Journaliste généraliste de Laplasturgie. Journaliste web, presse écrite et édition.
Formé comme monteur de télévision au Centre universitaire de formation au journalisme.