ALERTE, Ces bouteilles d’eau sont potentiellement contaminées de pesticides dangereux, selon 60 millions de consommateurs !

Il est très important de vérifier ce que nous consommons. Justement, l’association 60 millions de consommateurs alerte sur des bouteilles d’eau contaminées.

Combien de temps peut-on conserver et boire une bouteille d’eau déjà ouverte ?

Faites attention à ces bouteilles d’eau contaminées aux pesticides. Sachez qu’ils sont très dangereux pour la santé. On vous explique tout dans cet article. 

publicité

Ces bouteilles d’eau sont contaminées aux pesticides

Toutes les eaux ne sont pas bonne à boire. Sachez qu’on peut y retrouver des substances toxiques ou même des quantités de nitrates anormales. L’asso Générations Futures alerte sur le sujet. Voici leur déclaration : « Depuis, l’eau potable donnée à des dizaines de milliers de personnes en France contient de fortes quantités de nitrates.».  En 2019, 252 résidus de pesticides étaient dans l’eau courante de l’Oise. 60 millions de consommateurs pointe également du doigt certaines marques. C’est le cas de la Claudia. En effet, elle serait mauvaise pour la santé ! Les autorités dénoncent la bouteille de 1,5 l. C’est aussi le cas de l’eau minérale naturelle gazeuse de 0,5 l de la marque. Et pour cause, ces bouteilles d’eau sont contaminées aux pesticides. Il s’agit d’une possible contamination au staphylococcus

publicité

Ainsi 60 millions de consommateurs et l’asso Agir ont tiré sur la sonnette d’alarme sur d’autres marques ! On pense notamment à Carrefour, Volvic, Perrier, Badoit, Evian et Vittel. « C’est scandaleux pour les clients qui sont certains d’acheter de l’eau pure. Ils se retrouvent avec des produits avec du mauvais plastique pour la santé ».  De plus, la qualité de l’eau potable est encore remise en question depuis le 6 avril 2023. L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) relance le débat.

publicité

60 millions de consommateurs lance une alerte

60 millions de consommateurs explique ainsi que les experts ont remarqué une substances étranges parmi les 157. Il s’agit d’un métabolite qui vient de la dégradation d’un ‘chlorothalonil’. Pour information, l’Anses l’a retrouvé dans plus d’un prélèvement sur deux. Voici également un autre constat : celui des « dépassements de la limite de qualité de 0,1 µg/litre dans un plus d’un prélèvement sur trois ». Alors l’agence recherche cette substance « suite à la publi en 2019 de données suisses indiquant qu’il était dans les eaux de conso en Suisse ». Ainsi, les résultats ont conduit à l’interdiction de l’utilisation du pesticide en question. Sachez qu’il est interdit en France depuis 2020. Mais apparemment, il est toujours présent

publicité

« Des pesticides peuvent donc rester présents dans la nature. Même des années après l’interdiction de la substance active dont ils sont issus ». Ainsi, les autorités suisses ont décidé d’écarter les captages du réseau. Et pour cause ! « C’est l’eau du lac qui présente des taux inférieurs à la limite. Mais que vont pouvoir mettre en œuvre les villes ? ». La situation est ainsi très grave. 

publicité

 

publicité

Écris par Anna Cabana

Je suis rédactrice web spécialisée dans les domaines du marketing digital, de la culture et de l'environnement. Passionnée par la littérature et le voyage, j'aime créer des contenus originaux, pertinents et adaptés aux besoins de mes lecteurs. De nature très curieuse, je suis toujours à l'affût des dernières tendances du web.