Assurance vie : ces 7 questions à vous poser avant d’en ouvrir une à votre enfant

Les parents peuvent ouvrir une assurance vie pour leur enfant mineur. Mais avant de vous lancer dans une telle démarche, il est important de vous renseigner à ce sujet. Voici tous les points importants à retenir.

Assurance vie : ces 7 questions à vous poser avant d’en ouvrir une à votre enfant

Voulez-vous ouvrir une assurance vie pour votre enfant mineur ? Voici tout ce que vous devez absolument savoir.

publicité

Ouvrir une assurance vie pour un enfant mineur : quel intérêt a-t-elle ?

Il n’y a pas que les adultes qui peuvent détenir une assurance vie. Les enfants et les jeunes peuvent également en posséder une. Ce sont les parents qui prennent en charge leur ouverture, pour mieux assurer l’avenir de l’enfant. Mais avant de se lancer dans une telle initiative, il convient de connaître certains points importants à ce propos.

publicité

Pour commencer, il est crucial de se renseigner sur l’intérêt de ce placement. En fait, lorsque vous placez de l’argent sur une assurance vie, vous pourrez bénéficier de plus de temps. Ainsi, la gestion de l’argent sera plus dynamique et plus rémunératrice, sur le long terme, comparé au Livret A.

publicité

Aussi, comme l’avait indiqué le directeur de l’ingénierie patrimoniale chez Primonial, aucun impôt n’est prélevé « tant qu’il n’y a pas de retraits ». Mais son seul inconvénient repose sur les frais exigés lors d’un versement.

publicité

Quand doit-on ouvrir une assurance vie pour un enfant mineur ?

Comme l’avait précisé Xavier Prin, directeur marketing et communication de Boursorama, « la date d’ouverture marque le point de départ des fameux huit ans au-delà desquels la fiscalité est encore plus douce ».

publicité

Après ces huit années, l’individu peut bénéficier d’une exonération d’impôts, mais des prélèvements sociaux continueront d’être appliqués. Votre capital ne sera pas taxé et une exonération d’impôts jusqu’à 4 600 euros par an pour un célibataire, s’applique pour un part de retrait qui correspond à vos gains, et le double pour un couple.

publicité

Grâce à cette règle, il est donc possible de faire un retrait de plus de 4 600 euros. Imaginons, par exemple, que vos gains soient à 50% au bout de huit ans, ce qui représentent un tiers du capital total. Ainsi, la taxe appliquée correspondra au « tiers seulement » de votre retrait, dans le cas où il dépasse de 4 600 euros, ce qui est donc « un retrait total supérieur à 13 800 euros », d’après un responsable assurance vie.

publicité

Doit-on faire de l’enfant un bénéficiaire ou en ouvrir de sa propre assurance ?

Idéalement, il faut que l’enfant mineur soit lié à son propre contrat. Ainsi, il pourra en profiter dès qu’il aura 18 ans.

publicité

En réalité, lorsqu’on désigne l’enfant comme bénéficiaire de notre propre contrat, le moment où l’enfant perçoit le capital est complètement aléatoire. Effectivement, l’argent ne sera versé qu’à votre décès.

Les grands-parents peuvent-ils procéder à une ouverture d’une assurance ?

Effectivement, les grands-parents peuvent décider d’ouvrir une assurance aux noms de leurs enfants. Mais comme l’avait précisé Arlette Darmon, notaire à Paris, cela nécessite les signatures des deux parents. Ces derniers prennent aussi en charge la gestion du contrat et sont désignés comme « responsables légaux ».

Mais dans certains cas, les grands-parents peuvent tout de même ouvrir une assurance vie à leurs petits-enfants, en toute discrétion. C’est-à-dire, sans l’intervention des parents. Seulement, cela n’est possible que si le contrat est ouvert à partir d’un montant qui vient d’une donation ou d’un don manuel.

Jusqu’à combien peut-on placer ?

En clair, il n’y a pas de plafond de montant à placer avec l’assurance vie. Ainsi, vous pouvez y mettre de l’argent autant que vous voulez. Seulement, arrivé à une certaine somme, des droits de donation s’appliquent.

Notons que chaque parent peut laisser 100 000 euros en totale exonération fiscale à ses enfants, tous les quinze ans. De même pour les grands-parents qui décident d’en ouvrir une à leurs petits-enfants. Toutefois, pour le deuxième cas, le seuil est à 31 865 euros, seulement.

« Dans la majorité des cas, ces montants suffisent à couvrir les sommes versées sur le contrat d’un mineur », a déclaré Alexis Rogier.

Par ailleurs, il est possible d’empêcher le retrait des sommes versées aux 18 ans de l’enfant. Mais cela ne peut être réalisé que si le montant provient d’une donation ou d’un don manuel, doublé d’un pacte adjoint. Pour terminer, on ne peut pas être totalement libre de la gestion financière mise en place.  

En outre, ouvrir une assurance vie à son enfant mineur est une bonne idée, car cela peut lui être utile une fois grand. Seulement, avant de s’y lancer, il est important de vous renseigner. Mais maintenant que vous connaissiez tous les points importants à ce sujet, rien ne vous empêche de passer à l’acte.

Écris par Thomas

Après différentes expériences dans les médias régionaux chez Actu Toulouse, puis dans les médias nationaux chez L'Equipe et Canal+, j'ai intégré l'équipe éditoriale de Linternaute.com en 2022 en tant que responsable du service finances personnelles. Je m'occupe de la retraite, des impôts, de l'épargne, de l'immobilier, de la banque et des assurances.