ATTENTION CAF : vous allez bénéficier du RSA « sous conditions », voici les lourdes sanctions en cas de manquement de ces obligations

Toutes personnes qui ne respectent pas les règles mises en place concernant le RSA « sous conditions » sera sanctionné. Voici ce qui les attend.

ATTENTION CAF : vous allez bénéficier du RSA « sous conditions », voici les lourdes sanctions en cas de manquement de ces obligations

Vous touchez le RSA « sous conditions » ? Évitez les manquements pour ne pas être sanctionné. Ci-joints les détails.

publicité

RSA « sous conditions » : mettre en avant le plein-emploi

Le RSA fait partie des aides les plus sollicitées en France. Elle est surtout destinée aux personnes n’ayant pas de ressources ou ayant une faible ressource et qui de ce fait ont du mal à joindre les deux bouts.

publicité

Ces derniers temps, il y a quelques changements au niveau des aides de la CAF, notamment sur le RSA. Emmanuel Macron voudrait favoriser le plein-emploi et « redoubler d’effort » afin que les bénéficiaires puissent trouver du travail à nouveau

publicité

Par conséquent, le RSA sera touché sous certaines conditions. En effet, chaque bénéficiaire de cette aide doit désormais pratiquer une activité professionnelle de 15 à 20 h s’il veut toucher à ce coup de pouce de la CAF. Il y aura donc un « un contrat d’engagement réciproque avec des droits et devoirs », selon Elisabeth Borne.

publicité

Quelles peuvent être les sanctions ?

Bien évidemment, ceux qui ne respectent pas ces obligations seront sanctionnés. Cela peut aller « de la suppression partielle de l’allocation à la radiation de la personne », d’après TF1 Info. Il faudra donc respecter les règles pour éviter le pire.

publicité

Pour rappel le « RSA sous conditions » est déjà appliqué sur 18 départements. Ce qui signifie donc que près de 40 000 allocataires de la CAF pratiquent déjà les 15 à 20 heures d’activité que le gouvernement a mises en place. Bien évidemment, les responsables voudraient que ce RSA sous conditions s’étende sur toute la France et aux 2 millions de personnes étant éligibles au RSA.

Une décision qui ne fait pas du tout l’unanimité auprès de Français. La plupart contestent cette nouvelle forme de RSA, alors que certains, comme Martin Hirsch, parlent de « régression sociale ». Malgré tout cela, Elisabeth Borne veut aller jusqu’au bout et ne cesse de défendre le RSA « sous condition ».

« Ce qu’on veut, c’est permettre aux bénéficiaires du RSA de retrouver un emploi. Il ne s’agit pas de les faire travailler sans les payer, il s’agit de leur permettre de découvrir des métiers », a-t-elle déclaré.

Écris par Anna

Je suis quelqu’un d’un peu spéciale. Je crois en l’amour libre, et aussi l’égalité homme-femme. Durant mon temps libre j’adore écrire, c’est pourquoi j’ai décidé de participer à ce magazine féminin en tant que rédactrice.