Luc-Eric KRIEF, Président du Comité des Relations Inter-industrielles de Sous-Traitance (CORIST) et Simon PHILIBERT, Directeur des Affaires Economiques et de la Compétitivité de la Fédération ont présenté les principaux enjeux de cette étude.

« Les sous-traitants ne sont pas les banquiers des donneurs d’ordres » a réagi Luc-Eric KRIEF.

Les résultats de l’enquête sous-traitance dans la plasturgie en 2014 pointent la dégradation des relations entre les sous-traitants et les donneurs d’ordres.

Près de 2/3 des plasturgistes interrogés soulignent que les sous-traitants subissent des délais de paiement trop longs, de mauvaises pratiques d’achat et sont confrontés à des acheteurs qui privilégient le prix sur la valeur ajoutée apportée à long-terme. « L’industrie de la plasturgie est constituée d’un tissu de PME. Contrairement à l’Allemagne, où la sous-traitance est un levier pour les PME avec la formation de groupements d’entreprises ou de portage à l’export par exemple, c’est un véritable handicap en France : les PME sont fragilisées par les mauvaises pratiques… » relève Luc-Eric KRIEF.

L’étude a pour objectif de dresser le portrait de la situation du sous-traitant plasturgiste en France. Elle donne quelques pistes de bonnes pratiques pour constituer une base de dialogue avec les pouvoirs publics et les donneurs d’ordre et vise à créer un environnement juridique plus sécurisant.

Consultez l’enquête : http://www.calameo.com/read/003163074ef9ae601904c

Voir la vidéo :