Les prix des matières plastiques sont orientés à la baisse mais paradoxalement ce n’est pas une bonne nouvelle car c’est surtout dû à la faiblesse de la demande.

Les prix européens de la plupart des commodités ont baissé en avril par rapport à mars, selon ICIS Pricing. Pour le PE, le PPh (-4%) et le PPc (-2%), le prix de l’éthylène et du propylène (respectivement -6% et -4% en avril) devrait conti- nuer de baisser en mai à la suite du naphta. Le prix du PS, qui a atteint un ni- veau record (+17% en moyenne an- nuelle), a enregistré une baisse modeste de 2% en avril.
Le PVC est resté stable, à un point haut historique après une croissance moyenne de 10% sur douze mois. Le prix du PET a baissé de 4% en avril, et une nouvelle baisse, plus modérée, est attendue en mai. Les prix du PA, restés relativement stables depuis l’été 2012, s’inscrivent dans une fourchette comprise entre -3% et -13% en moyenne sur douze mois selon les variétés.

Ces tendances ont été confirmées par l’enquête du Baromètre des matières menée fin mars-début avril par la Fédération : prix de mars majoritairement en hausse, mais variations beaucoup plus faibles que dans l’enquête de janvier, et anticipations de baisse pour avril (en par- ticulier PE, PP, PS). Dans la projection à deux mois (pour mai), la stabilité domi- nait largement.

Lors de la réunion de la commission matières le 10 avril, le sentiment était que les prix ne baissaient pas aussi vite qu’espéré, d’autant qu’ils ont atteint des niveaux très élevés. Des producteurs qui cherchent à sauvegarder leurs marges dans une conjoncture difficile ont même essayé de faire passer de nouvelles hausses mais sans succès à cause de la faiblesse de la demande.

De plus, alors que le climat des affaires reste très dégradé, les capacités disponibles en Europe ne favorisent pas les hausses à court terme selon les représentants de VINMAR qui sont intervenus dans cette même commission. D’après eux, il ne faut pas attendre de changement de tendance majeur d’ici le premier trimestre 2014. Les producteurs encouragent les achats au contrat lorsque les prix baissent, or il y a de moins en moins d’achats au contrat et on peut trouver actuellement de bonnes opportunités sur le marché spot.

La crise laissera des séquelles en Europe. Les producteurs de matières répondent à la récession par l’optimisation de la production avec suppressions d’emplois et baisse des capacités en Europe. La production de commodités tend à migrer vers le Moyen-Orient et à terme l’Europe va se recentrer sur les produits de spécialité à plus forte valeur ajoutée.

Contact :
Patrice Vaslot, Responsable Economie p.vaslot@fed-plasturgie.fr