Rebondissement sur l’interdiction de la vaisselle plastique à usage unique : 650 emplois dans la plasturgie à nouveau menacés

Nouveau rebondissement pour la vaisselle plastique : l’interdiction de la vaisselle plastique à usage unique, qui avait été supprimée jeudi 21 mai en fin d’après-midi par une large majorité de députés, a été réintroduite au petit matin du 22 mai par le Gouvernement, au détour d’une astuce de procédure. « Ne se trouve-t-on pas confrontés à un déni de démocratie ? » s’interroge Jean MARTIN, Délégué Général de la Fédération de la Plasturgie et des Composites.

Interdiction de la vaisselle plastique à usage unique non compostable : Les industriels dénoncent une fausse bonne idée

Dans le cadre de l’examen en commission du projet de loi sur la transition énergétique, les députés viennent d’adopter un amendement écologiste visant à interdire les « gobelets, verres et assiettes jetables de cuisine pour la table en matière plastique sauf ceux compostables et constitués, pour tout ou partie, de matières biosourcées ».

La plasturgie se mobilise autour d’un contrat d’expérimentation pour accélérer le recyclage des plastiques en France

La Fédération de la Plasturgie et des Composites et le Syndicat National des Régénérateurs de Matières Plastiques affirment leur volonté de relever le défi proposé par le contrat d’expérimentation : augmenter de 50% la quantité de matière plastique recyclée en France d’ici 2020.

Inscrite dans le Contrat de Filière Chimie & Matériaux, cofinancée par la DGE, l’Ademe et 2ACR, l’étude sur « l’état des lieux de la filière du recyclage des plastiques en France » préconise la mise en place d’un contrat d’expérimentation sur 5 ans afin de développer le recyclage des plastiques en France. En se fixant pour objectif de traiter 300.000 tonnes supplémentaires de déchets plastiques par an et de produire près de 500.000 tonnes de combustibles solides de récupération (CSR) pour la valorisation des refus de tri, ce contrat permettrait de créer 2.000 emplois et de pérenniser la filière du recyclage des plastiques sur le territoire français.

Les fabricants et sous-traitants plasturgistes de dispositifs médicaux se préparent aux nouvelles exigences des audits inopinés

Medpharmplast

Les industriels du groupe médical de la Fédération de la Plasturgie et des Composites (MedPharmPlast France *1) ont abordé le thème des audits inopinés avec le LNE/G-Med *2 lors de leur dernière réunion le 12 mars.

Alors que l’adoption de la nouvelle réglementation européenne sur les Dispositifs Médicaux et les Dispositifs de Diagnostic In Vitro se fait attendre et serait adoptée au mieux en début 2016, la Commission Européenne a émis une recommandation en septembre 2013 pour le renforcement des exigences et des contrôles des organismes notifiés.
Les plasturgistes qui interviennent dans la production de dispositifs médicaux, en tant que fabricant, sous-traitant ou fournisseur, sont concernés par ces nouvelles recommandations. Corinne Delorme, responsable des affaires réglementaires santé de la Direction de la certification du LNE/G-Med, en a détaillé les deux aspects.