CDI senior, reconversion… le Medef insiste avec sa nouvelle proposition d’accord

Le Medef a pris les devants avec sa nouvelle proposition d’accord aux organisations syndicales. 

CDI senior, reconversion... le Medef insiste avec sa nouvelle proposition d’accord

Découvrez ce que contient la nouvelle proposition d’accord du Medef. CDI senior reconversion…tout y est : nous allons voir tous les détails. 

CDI senior ou «contrat de valorisation de l’expérience»

Le Medef ne veut absolument pas se défaire de leur nouvelle proposition d’accord. D’abord, on y retrouve un dispositif dédié aux personnes en recherche d’emploi âgées de plus de 60 ans. Initialement appelé « CDI senior », puis « CDI fin de carrière », on l’appelle désormais « contrat de valorisation de l’expérience ». Ce contrat à durée indéterminée est conçu pour être mis en œuvre de manière expérimentale sur une période de cinq ans. Il existe des possibilités pour ajuster les conditions d’utilisation de ce contrat. Ces ajustements peuvent être réalisés grâce à des accords spécifiques à chaque secteur d’activité. Une particularité de ce contrat est que l’employeur a le droit de le résilier dès lors que l’employé atteint l’âge lui permettant de bénéficier d’une retraite à taux plein.

Pour adhérer à ce programme, les candidats doivent informer leur futur employeur de la date estimée à laquelle ils prévoient de partir en retraite à taux plein. Généralement, cet âge est fixé à 67 ans. Toutefois, cette condition peut varier pour ceux qui ont accumulé le nombre de trimestres nécessaires pour prendre leur retraite plus tôt. Ce dispositif vise à valoriser l’expérience des travailleurs seniors tout en leur offrant une transition vers la retraite.

Le Medef ne veut absolument pas laisser tomber sa nouvelle proposition d’accord

Le Medef persiste pour la mise en place de sa nouvelle proposition d’accord. En effet, il souhaite remplacer plusieurs mécanismes déjà en place par le système « parcours d’évolution professionnelle ». Les employés qui choisissent de s’engager dans ce parcours de leur propre initiative seront traités comme ayant démissionné. Dans un tel cas, ils seraient alors éligibles à des indemnités via l’assurance chômage. Néanmoins, le Medef propose maintenant que cette rupture n’intervienne qu’à l’achèvement du parcours d’évolution professionnelle

Cette modification pourrait éventuellement apaiser les tensions et les mécontentements exprimés par les syndicats à ce sujet. Cette approche met en lumière un effort pour équilibrer les besoins de flexibilité des entreprises avec les perspectives d’évolution pour les salariés. La proposition vise ainsi à encourager une mobilité professionnelle plus fluide. De plus, elle assure une certaine protection aux employés engagés dans leur développement de carrière.

Il y aura des entretiens renforcés pour tous les salariés

Le Medef persiste avec sa nouvelle proposition d’accord. Il veut améliorer le soutien offert aux employés durant leur carrière. Cette proposition suggère une modernisation du système actuel concernant les entretiens professionnels. Elle inclut la mise en place d’un nouveau type d’entretien : entretien professionnel d’employabilité tous les cinq ans. Il permettrait un dialogue entre l’employé et son employeur. L’objectif serait de convenir ensemble d’un plan de développement professionnel personnalisé. Ce dispositif prévoit également des entretiens spécifiques à des étapes importantes de la carrière. Ces entretiens approfondis se dérouleraient l’année suivant les 35e, 45e, 55e, et 60e anniversaires de l’employé. Chaque entretien aurait un focus particulier. Après le 35e anniversaire, l’accent serait mis sur l’évolution future de la carrière de l’employé. À la suite du 45e anniversaire, l’entretien viserait à examiner l’adéquation entre les missions de l’employé, son poste actuel. Cela permettra d’anticiper les besoins de changement ou de reconversion.

Les discussions après les 55e et 60e anniversaires se concentreraient sur la préparation à la retraite et la transition vers cette nouvelle étape de vie. Cette initiative du Medef vise à créer un cadre plus structuré et personnalisé pour l’accompagnement des salariés. Elle cherche à assurer une évolution professionnelle cohérente et satisfaisante pour l’employé tout au long de sa carrière.

Le Medef et sa nouvelle proposition d’accord : le sujet de l’usure professionnelle revient 

Le Medef a exprimé des objectifs ambitieux pour sa nouvelle proposition d’accord. Le projet souligne la nécessité de renforcer le rôle des services de santé au travail. Ces services jouent un rôle crucial dans la prévention de l’usure professionnelle. Cela impacte également la mise en place de structures pour la prévention de la désinsertion professionnelle. Par ailleurs, le Medef met en avant le document unique d’évaluation des risques professionnels (Duerp). Ce document essentiel facilite l’identification et l’évaluation des risques d’usure et de désinsertion professionnelle.

Malgré ces annonces, le Medef se montre réticent à adopter le compte épargne-temps universel (CETU). Cette proposition permettrait aux travailleurs de cumuler des jours de congé ou de repos non utilisés pour les transformer en rémunération supplémentaire. Le CETU reste absent du projet d’accord du Medef. 

Écris par Laura Laura