Retraite : faites-vous partie des grands perdants de la réforme ?

Beaucoup de retraités continuent de se plaindre de  la réforme. En effet, cela a eu des impacts négatifs sur leur quotidien. 

Retraite : faites-vous partie des grands perdants de la réforme ?

Découvrez les grands perdants de la réforme des retraites. Selon eux, le gouvernement les a tout bonnement oubliés. 

publicité

Réforme des retraite : Qui sont les grands perdants ? 

L’année passée, le gouvernement a décidé de mettre en place la réforme des retraites. Cette décision n’a pas apporté que de la joie. En effet, certains seniors sont des grands perdants face à la réforme des retraites. Chaque année, les responsables prennent le temps de revoir comment fonctionne le système de retraite. Le 1er septembre, de nouvelles règles ont été mises en place. Ces changements ont apporté des nouvelles pas très réjouissantes pour certains. En particulier, il y a des retraités qui pourraient ne pas bénéficier autant que d’autres lorsqu’ils décident d’arrêter leur activité professionnelle. Il est important de se demander si ces modifications peuvent vous affecter personnellement.

publicité

Un changement trop brusque pour certains retraités

Depuis le début du mois de septembre, une nouvelle règle importante s’applique aux personnes qui veulent prendre leur retraite. Les autorités ont pris cette décision en avril 2023.  Le principal changement est l’augmentation de l’âge auquel on peut prétendre à une retraite complète. Désormais, le gouvernement souhaite que l’âge de départ passe à 64 ans d’ici l’année 2030. En plus de cela, le nombre de trimestres pendant lesquels il faut avoir cotisé augmente également. En effet, il faut avoir travaillé pendant 43 ans : 168 trimestres. Mais avec la nouvelle règle, il faudra compter un trimestre de plus, soit 169 trimestres en tout. Ceux qui sont nés après le 1er septembre 1961 sont les grands perdants de cette réforme des retraites. 

publicité

Après avoir fêté leurs 62 ans, ils devront continuer à travailler trois mois supplémentaires. Et ils devront aussi cotiser un trimestre de plus pour pouvoir bénéficier de leur retraite complète. Cette évolution affectera aussi les générations suivantes de manière graduelle. Par exemple, ceux qui sont nés en 1962 devront travailler six mois de plus, et ceux de 1963, neuf mois de plus après leur 62e anniversaire. Cette progression se poursuivra jusqu’à atteindre l’objectif fixé à 64 ans pour l’âge de départ en retraite. Ainsi, chaque génération sera concernée par ces ajustements.

publicité

Réforme des retraites : Les grands perdants lèvent la voix !

Les personnes nées le 1er septembre 1968 sont aussi des perdants face à la réforme des retraites. Cette année, ils atteignent 36 ans et avaient prévu de partir à la retraite en 2030. Cependant, une nouvelle règle va changer leurs plans. À cause de cette modification, ils devront prolonger leur période de travail de deux années supplémentaires. Et ils doivent  avoir cotisé pendant 172 trimestres pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Pour ceux qui ont débuté leur carrière très jeunes, il est encore possible de partir à la retraite plus tôt. Les individus ayant commencé à travailler à 18 ou 20 ans peuvent partir deux ans avant l’âge prévu. Cette possibilité s’applique également à ceux qui ont entamé leur vie professionnelle à 16 ans. Toutefois, ils doivent avoir cotisé le nombre de trimestres exigé par la réforme des pensions.

publicité

Les femmes se trouvent particulièrement désavantagées par cette réforme. Elles rencontraient déjà des difficultés à remplir les critères de cotisations et de salaires. Et ce, à cause des écarts de rémunération et des interruptions de carrière dues aux congés de maternité. Avec ces nouvelles règles, leur situation risque de se détériorer davantage.

publicité

Les autres changements mis en place depuis la réforme

En septembre 2023, le gouvernement a fait des changements importants concernant la retraite. Parmi ces changements, cinq systèmes de retraite spéciaux ont été supprimés. Ces systèmes concernaient différents groupes de travailleurs. Par exemple, ceux qui travaillaient pour les transports publics de Paris, connus sous le nom de RATP. Il y a aussi ceux dans les secteurs de l’énergie. Les employés de la Banque de France, les assistants dans les bureaux de notaire, et les membres du CESE étaient aussi touchés. Ceux qui bénéficiaient de ces systèmes spéciaux avant le début de septembre 2023 ont la chance de continuer à en profiter. Les autres rejoindront un système de retraite général, plus commun. En ce qui concerne les travailleurs de la RATP et d’autres secteurs mentionnés, ils feront désormais partie d’un système de retraite complémentaire. Les grands perdants de la réforme de retraite ne cessent d’augmenter. 

publicité

Ces changements signifient que les nouveaux employés n’auront pas les mêmes bénéfices que ceux des anciens systèmes. Ils ne pourront pas prendre leur retraite aussi tôt que leurs prédécesseurs. De plus, pour ceux qui étaient déjà employés avant ces changements, l’âge de départ sera augmenté progressivement de deux ans. Ils devront également cotiser deux ans de plus avant de pouvoir profiter de leur retraite.

publicité

Écris par Michel CHEMIN

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.