Chômage des séniors, reconversion… le Medef a revu sa proposition d’accord

Le Medef a fait une proposition d’accord concernant plusieurs points sur le plan professionnel. L’organisation patronale a envoyé les détails aux syndicats.

Chômage des séniors, reconversion... le Medef a revu sa proposition d'accord

En novembre 2023, le gouvernement a lancé « le nouveau pacte de la vie au travail ». Il a été fait dans le cadre de la négociation des partenaires sociaux. Pour montrer sa volonté d’y participer, Medef a fait une proposition d’accord. Les détails ont été envoyés aux organisations syndicales. Trois points sont mis à l’honneur. Notamment, l’emploi des séniors, la reconversion professionnelle et le parcours de carrière.

publicité

Medef : sa proposition d’accord envoyée aux syndicats

Le patronat n’a jamais pris en compte les parcours de carrière et les conditions de travail des salariés. Une situation que les syndicats regrettent. Toutefois, le Medef semble vouloir y remédier. En effet, Medef a envoyé les détails de sa proposition d’accord aux organisations syndicales. La création d’un compte épargne-temps universel ne fait pas encore partie de ses plans. Toutefois, le texte ne traite plus uniquement l’emploi, mais élargit son domaine. Pour cela, l’organisation a revu son intitulé. Elle a déjà transmis une ébauche de plan le 6 mars. Elle a prévu un accord national interprofessionnel « en faveur de l’anticipation et de l’accompagnement des transformations de l’emploi ». Actuellement, le texte a été modifié. Ce sera « en faveur de l’anticipation et de l’accompagnement des transformations du travail et de l’emploi ». Le Medef souhaite répondre aux besoins des syndicats. Elle montre même sa bonne volonté.

publicité

On peut avoir quelques précisions dans son avant-projet d’accord. Pour elle, la question de l’emploi est une préoccupation commune. Elle concerne les entreprises, les salariés et les demandeurs d’emploi. Il s’agit d’augmenter les possibilités de mobilité professionnelle. L’objectif est de la rendre comme une simple évolution dans l’entreprise, vers un emploi similaire dans une autre entreprise ou d’une véritable reconversion.

publicité

Medef : un objectif précis dans sa proposition d’accord

Le Medef a un premier objectif précis dans sa proposition d’accord. Il veut augmenter le taux d’emploi des personnes en âge de travailler. La France fait face à des défis importants. Cela concerne notamment le vieillissement de la population. Donc, cet objectif permet d’y faire face. Pour l’atteindre, le premier réseau d’entreprises a trois grandes priorités. D’abord, mieux anticiper les évolutions des emplois. Anticiper aussi les compétences et les qualifications.  Cela permet d’accompagner les salariés dans leurs parcours professionnels. Ensuite, accompagner et sécuriser les salariés dans la troisième partie de carrière. Pour cela, les mesures mises en place seront ciblées. Le but est d’améliorer le taux d’emploi. Mais, il faut aussi maintenir en activité les séniors. Enfin, l’organisation va élaborer et piloter une stratégie nationale. Elle permet de mettre en œuvre les mesures de l’accord.

publicité

Dans sa proposition, Medef souligne la mise en place d’une logique professionnelle. Organiser des rendez-vous tout au long de la carrière est nécessaire. Il faut choisir des moments clés pour le faire. En outre, il faudra aussi renforcer les entretiens professionnels à des moments précis. Ce sera durant l’année qui suit respectivement le 35ème, le 45ème, le 55ème et le 60ème anniversaires de l’employé. Enfin, un rendez-vous « clé » aura lieu en deuxième partie de carrière. Ce sera en lien avec la visite médicale de mi-carrière.

publicité

Mobilité professionnelle et CDI senior

Le Medef aborde aussi la mobilité professionnelle dans sa proposition d’accord. Pour l’organisation, il faut d’abord élargir le contrat de professionnalisation. Pour cela, il faut supprimer toutes les conditions d’éligibilité. Il souligne surtout l’âge. Actuellement, le dispositif ne profite qu’aux jeunes âgés de 16 à 25 ans révolus et aux demandeurs d’emplois d’au moins 26 ans. Le Medef veut se servir des outils existants pour accompagner les salariés qui veulent faire une reconversion professionnelle. Il veut mettre en place un nouveau dispositif « parcours d’évolution professionnelle ».

publicité

Le Medef n’oublie pas les seniors dans sa proposition. Il insiste même sur sa volonté à mettre en place le « CDI fin de carrière ». Ce dernier est aussi appelé « CDI senior ». Ce nouveau dispositif sera mis en place à titre expérimental. L’expérimentation va durer cinq ans. Le CDI sera ouvert aux demandeurs d’emploi de 60 ans qui ne sont plus inscrits à France Travail. L’employeur peut rompre le test dans le cadre d’une mise à la retraite. Il faut juste qu’il remplisse les conditions d’une retraite à taux plein. En général, c’est à l’âge de 67 ans. Toutefois, cela peut être plus tôt si l’employeur a atteint le nombre de trimestres requis.

publicité

Les autres propositions de l’organisation patronale

Un accord concernant l’assurance chômage a eu lieu fin 2023. La majorité des partenaires sociaux a fait un engagement dans le cadre de cet accord. Ils ont prévu des ajustements concernant indemnisation chômage des seniors. L’objectif est de faire une économie de 440 millions d’euros entre 2024 et 2027. Le Medef souhaite que les autres organisations signent un avenant à la nouvelle convention d’assurance chômage. Cela doit être fait deux semaines après avoir signé la proposition d’accord du Medef au plus tard. Suite à cet engagement, l’âge pour bénéficier des allocations chômage va changer. Ce sera de 55 à 57 ans pendant 27 mois au maximum.

publicité

Le Medef veut également mettre en place un temps partiel de fin de carrière. Ce sera sur la base d’un double volontariat salarié-entreprise. Il prendra fin lorsque l’employé peut partir à la retraite à taux plein. Mais, il peut aussi s’arrêter quand il aura recours à la retraite progressive. Enfin, dans sa proposition d’accord, Medef souhaite supprimer le délai de carence de six mois. En effet, ce délai est nécessaire pour rester chez le même employeur. Il pénalise à la fois les employés et l’entreprise. Ainsi, sa suppression peut rendre le cumul emploi-retraite plus attractif

Écris par Michel CHEMIN

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.