Colère agricole : le recrutement de travailleurs saisonniers non européens se simplifie

Inès Denne
6 Min Read

Dans le Journal Officiel de ce samedi, un texte officiel a été publié. Il désigne quatre types de travail dans l’agriculture comme étant en forte demande. Cela concerne tout le territoire de France. En effet, ces métiers sont considérés comme étant difficiles à pourvoir. Le gouvernement a pris la décision de faciliter le recrutement des travailleurs agricoles saisonniers hors UE. Mais la colère des agriculteurs ne cesse de monter.

publicité

Recrutement des travailleurs agricoles saisonniers hors UE : une promesse du gouvernement

Ce matin, Marc Fesneau s’est félicité de l’action du gouvernement. Il a annoncé sur X la publication d’un arrêté au Journal officiel. En effet, cet arrêté vise à mettre à jour la liste des métiers en tension dans l’agriculture pour répondre au manque de main-d’œuvre. Désormais, quatre familles de métiers sont concernées. Les agriculteurs salariés sont des personnes qui travaillent dans les champs pour cultiver des aliments. Les éleveurs salariés s’occupent des animaux. Les maraîchers et horticulteurs salariés cultivent des légumes et des plantes dans des jardins ou des serres. Les viticulteurs et arboriculteurs salariés s’occupent de la culture des vignes pour produire du vin et des arbres fruitiers. Ainsi, cette mise à jour facilite le recrutement de travailleurs agricoles saisonniers hors UE.

publicité

Les critères du recrutement des travailleurs agricoles saisonniers hors UE 

Cette reconnaissance des métiers en tension offre une aide précieuse aux employeurs agricoles. Elle autorise la délivrance sans obstacles des permis de travail aux étrangers venant de pays en dehors de l’Union européenne. En d’autres termes, les fermes peuvent embaucher librement des travailleurs non européens. Cependant, ces travailleurs doivent toujours avoir un visa valide pour travailler légalement. Cela signifie qu’ils doivent avoir les documents nécessaires pour pouvoir exercer leur métier en France. Grâce à cette mesure, les agriculteurs auront plus de facilité à combler les postes vacants. Ainsi, ils peuvent répondre aux besoins croissants en main-d’œuvre dans leurs exploitations. Mais, ce recrutement des travailleurs agricoles saisonniers hors UE ne règle pas tous les problèmes des agriculteurs.

publicité

La reconnaissance des métiers en tension se faisait auparavant région par région, en tenant compte des besoins de chaque territoire. Cela pouvait créer des inégalités. Face à la frustration des agriculteurs, le gouvernement a dû assouplir les règles de recrutement des travailleurs agricoles saisonniers hors UE. Cette mesure avait été annoncée fin février par Gabriel Attal. Alors que le Premier ministre avait répondu aux tensions de recrutement en promettant la reconnaissance du secteur agricole comme « secteur en tension ». Cette décision a été prise pour faciliter l’obtention de visas, une annonce faite lors du Salon de l’agriculture. Ces ajustements visent à répondre aux besoins urgents de main-d’œuvre dans le domaine agricole. Ainsi, ils peuvent résoudre les difficultés rencontrées par les exploitants pour pourvoir leurs postes vacants.

publicité

La fin de la grève des agriculteurs

Les travailleurs devant la Chambre d’agriculture ont trouvé un accord après avoir protesté pendant quatre jours. En effet, ils étaient inquiets car leurs salaires n’avaient pas augmenté comme ceux des autres employés dans d’autres endroits. Cela les préoccupait beaucoup pour leurs emplois. Heureusement, les discussions ont permis de régler les derniers détails de l’accord pour mettre fin à la grève. Les travailleurs sont soulagés d’avoir pu s’entendre avec la direction. Maintenant, ils peuvent reprendre leur travail plus tranquillement. Cela montre qu’il est important de discuter pour résoudre les problèmes au travail. Les travailleurs se sentent mieux et plus soutenus dans leur travail grâce à cette solution.

publicité

Jean-Yves Payet explique que grâce à une décision prise au niveau national, les salaires vont augmenter de 40 à 50 euros par mois pour ses collègues. Il dit que c’est une victoire importante pour eux. Cette mobilisation fait suite à une grève de deux jours en décembre dernier. Avant Noël, plusieurs employés de la Chambre verte avaient arrêté de travailler. C’était pour demander de meilleures conditions de travail et plus d’argent. Maintenant, les travailleurs sont contents. Ils pensent que c’est bien de se battre pour ce qu’ils méritent. Ainsi, cela montre que quand les gens se rassemblent et travaillent ensemble, ils peuvent obtenir ce qu’ils veulent.

publicité

Une mobilisation générale

À l’approche des élections européennes, les agriculteurs expriment leur mécontentement à travers toute l’Europe. En France, ils bloquent les routes et manifestent pour attirer l’attention du gouvernement. Les principales préoccupations sont le prix élevé du carburant, les marges faibles imposées par les grandes surfaces et les normes environnementales strictes. En Pologne, les fermiers se sentent lésés par le Pacte vert européen. Ils se plaignent de la concurrence des produits agricoles ukrainiens. En Roumanie, les agriculteurs protestent depuis des semaines contre les taxes qu’ils estiment dangereuses pour leur secteur. En Grèce, la colère grandit également. Les agriculteurs réclament des subventions spéciales face aux pertes causées par les incendies estivaux et les inondations automnales. Ainsi, la situation est tendue dans toute l’Europe, avec des agriculteurs cherchant des solutions à leurs problèmes croissants.

publicité
Share This Article