Comptes excédentaires Agir-Arrco : un groupe de travail est installé pour augmenter les petites retraites

La santé financière des régimes de retraite complémentaire suscite l’intérêt, avec un excédent notable.

Bonne nouvelle pour les petites retraites: Découvrez ce qui vous attend réellement

Découvrez les développements récents concernant l’excédent des régimes de retraite complémentaire en France.

publicité

Le paysage des retraites en France

En France, les retraites demeurent un sujet brûlant, captant l’attention du public. Récemment, une série de bonnes nouvelles réjouissent des centaines de milliers de retraités du secteur privé. À partir du 1ᵉʳ avril, le malus de 10 % appliqué sur les pensions complémentaires de l’Agirc-Arrco prendra fin. Cela se traduit par une augmentation de 10 % sur les pensions des retraités du secteur privé à compter du 2 avril. Cette évolution promet un soulagement financier pour de nombreux bénéficiaires de retraites complémentaires. L’abolition imminente du malus représente une lueur d’espoir pour les retraités, qui attendent depuis longtemps une amélioration de leur situation financière. Les retraités du secteur privé se réjouissent de cette annonce, qui pourrait avoir un impact significatif sur leur qualité de vie. 

publicité

Cette mesure marque un tournant dans le paysage des retraites en France, offrant un répit bienvenu à ceux qui dépendent des pensions complémentaires pour subvenir à leurs besoins. Les autorités espèrent que cette décision contribuera à apaiser les inquiétudes croissantes concernant la stabilité du système de retraite. Les bénéficiaires des pensions complémentaires accueillent cette nouvelle avec un sentiment de soulagement et d’optimisme quant à leur avenir financier. L’annonce de la fin du malus de 10 % est accueillie comme une avancée majeure dans la quête de sécurité financière pour les retraités du secteur privé. Ensuite, il faut savoir que la retraite complémentaire a enregistré plus de 4 milliards d’excédent.

publicité

Excédent de la retraite complémentaire : Une situation financière encourageante

Une autre bonne nouvelle concerne la santé financière de l’Agirc-Arrco. Les comptes de ce régime de retraite complémentaire affichent une robustesse appréciable. En effet, un excédent de plus de 4 milliards d’euros a été enregistré par la retraite complémentaire. En détail, en 2023, l’Agirc-Arrco a affiché un excédent de 4,3 milliards d’euros, bien que ce chiffre soit légèrement inférieur à celui de 2022, qui était de 5,6 milliards d’euros.

publicité

D’ailleurs, le vice-président de l’Agirc-Arrco, Didier Weckner, a qualifié ce résultat de positif et rassurant pour les retraités du secteur privé. Il a noté que cette légère baisse par rapport à l’année précédente était attendue et n’était pas due à la réforme des retraites.

publicité

Des chiffres et des perspectives

En 2023, l’Agirc-Arrco a versé 92,4 milliards d’euros à ses 14 millions de pensionnés ! Il s’agit d’une une augmentation de 5,9 milliards d’euros par rapport à l’année précédente. Cette augmentation des versements s’explique en partie par l’augmentation des salaires de 4,6 % et le ralentissement des créations d’emplois par rapport à 2022. Les ressources provenant des cotisations ont ainsi augmenté de 5,3 %.

publicité

À la fin de 2023, les réserves de l’Agirc-Arrco s’élevaient à 78,5 milliards d’euros. Cela respecteainsi la « règle d’or » du régime. Cette règle exige que l’Agirc-Arrco dispose d’un montant suffisant pour couvrir au moins six mois de versement des retraites complémentaires. Ces excédents de la retraite complémentaire permettent également à l’organisme d’assumer les augmentations de pensions et les mesures de solidarité sans mettre en péril les générations futures, selon Brigitte Pisa, présidente de l’Agirc-Arrco.

publicité

Excédent de la retraite complémentaire: Débats et perspectives d’action

La richesse financière de l’Agirc-Arrco attire l’attention du gouvernement. Durant les pourparlers pour un nouvel accord pluriannuel, le gouvernement avait requis de ce régime complémentaire une contribution annuelle de un à trois milliards d’euros. Le but est de soutenir l’augmentation des petites pensions et l’équilibre global du système de retraite. Face à cette demande pressante, le patronat et les syndicats résistent aux exigences gouvernementales. Brigitte Pisa a souligné que les résultats de l’Agirc-Arrco appartiennent aux retraités et aux salariés du secteur privé et ne relèvent pas des fonds publics. Pour rappel, la retraite complémentaire enregistre un excédent de plus de 4 milliards d’euros.

publicité

Même si l’Agirc-Arrco ne commente pas leurs travaux, une réunion est programmée pour le 5 avril.  L’intention de soutenir les retraités à revenu modeste se révèle comme une priorité. Le gouvernement cherche à équilibrer le système de retraite en demandant une contribution financière à l’Agirc-Arrco. Cette demande suscite des réactions mitigées, avec un refus catégorique du patronat et des syndicats. Brigitte Pisa réaffirme que les fonds de l’Agirc-Arrco sont destinés aux retraités et salariés du privé, pas au gouvernement. Malgré tout, les partenaires sociaux se concertent pour trouver des solutions internes ! Et ce afin de répondre aux besoins des retraités à revenu modeste.

 

Écris par Inès Denne