Coupes budgétaires : Quels  ministères risquent de perdre des emplois ?

Les coupes budgétaires ont des conséquences inévitables dans certains ministères. 

Coupes budgétaires Quels  ministères risquent de perdre des emplois

Quels postes seront supprimés des ministères à cause des coupes dans le budget en 2024 ? Vous allez découvrir les conséquences de cette décision avec tous les détails. 

publicité

Coupes dans le budgets en 2024 : Des postes supprimés dans certains ministères

Le gouvernement a récemment dévoilé une stratégie visant à réduire les dépenses de l’État de dix milliards d’euros pour l’année 2024. Cette décision s’appuie sur une prévision de croissance économique moins optimiste. En effet, une croissance plus faible signifie que l’État percevra moins d’argent provenant des impôts. Un décret met en lumière la manière dont ces réductions budgétaires affectent les différents postes au sein de la fonction publique. Pour information, cette dernière emploie environ 2,5 millions de personnes. Et à cause des coupes dans le budget en 2024, des postes seront supprimés des ministères. 

publicité

Parmi les différentes mesures, le décret inclut une diminution de 780 millions d’euros dans la masse salariale de l’État. Pour information, cela s’élève normalement à 106 milliards d’euros. Malgré ces coupes, le gouvernement affirme que ces économies n’auront pas d’impact négatif sur l’emploi. Cependant, cette assurance est accueillie avec scepticisme par des experts. Ils s’interrogent sur la réalité des conséquences de ces réductions et leur véritable effet sur le marché du travail. Ces décisions suscitent donc des débats et des interrogations quant à leur impact sur la vie des employés de la fonction publique et sur l’économie en général.

publicité

Les détails sur les postes supprimés

Des experts en finances publiques ont sorti leurs calculatrices pour analyser les chiffres. François Ecalle, qui a créé le site Fipeco, spécialisé dans ce domaine, partage une information intéressante. Selon lui, embaucher un fonctionnaire coûte à peu près 40 000 euros. En faisant le calcul, une réduction de budget de 780 millions d’euros signifie la suppression d’environ 20 000 emplois dans le secteur public. Ainsi, il y aura des milliers de postes supprimés dans les ministères à cause des coupes dans le budget en 2024 

publicité

Arnaud Bontemps, qui partage la parole pour le collectif, note que le gouvernement a pris une décision très tranchée. Il remarque qu’il y avait d’autres voies possibles, comme augmenter légèrement les impôts ou accepter un déficit un peu plus élevé, tout en réduisant certaines dépenses. Mais le gouvernement va concentrer tous les efforts sur la réduction des services publics. Cette approche suscite des discussions car elle impacte directement le nombre de personnes travaillant pour fournir ces services essentiels à la société.

publicité

Postes supprimés à cause des coupes dans le budget en 2024 : les ministères concernés

Au cœur du sujet, nous trouvons le domaine de l’Éducation nationale qui voit son budget pour les salaires réduit de 478 millions d’euros. Cette baisse significative signifie la suppression de 11 000 emplois, selon les calculs de François Ecalle. D’autres secteurs sont également touchés par ces réductions d’effectifs : la Défense voit disparaître 2 600 postes, l’Agriculture 1 800, certains services de l’État 900, et la Justice 600. Heureusement, les forces de police et de gendarmerie ne sentiront pas les impacts des coupes budgétaires. Cette situation contraste fortement avec les prévisions du Budget 2024, approuvé par le Parlement en décembre, qui envisageait la création de 6 700 postes. Mais en réalité, il y aura des milliers de postes supprimés dans certains ministères à cause des coupes dans le budget en 2024. 

publicité

Ainsi, François Ecalle doute que ces 6 700 postes voient le jour. De plus, il souligne que ces coupes budgétaires impliquent que de nombreux départs à la retraite ne seront pas remplacés.

publicité

L’avis du gouvernement sur le sujet

Le ministère des Comptes publics cherche à apporter une touche d’optimisme dans ses propos. Il explique que la majorité des réductions budgétaires concerne principalement des fonds mis de côté en début d’année. Par conséquent, les postes d’emploi existants ne seraient pas en danger. Il mentionne également que certains processus de recrutement pourraient subir des retards. Mais il y aura des milliers de postes supprimés dans certains ministères à cause des coupes dans le budget en 2024. 

publicité

Pourtant, il souligne qu’il existe d’autres méthodes pour réduire les dépenses liées aux salaires sans supprimer des emplois. Une de ces stratégies pourrait être la décision de ne pas attribuer certaines primes aux employés. Cependant, François Ecalle affirme avec conviction qu’il est difficile d’imaginer une réduction de la masse salariale sans que cela n’impacte l’emploi. Selon lui, toute tentative de diminuer les coûts liés aux salaires pourrait inévitablement affecter le nombre d’emplois disponibles.

Écris par Michel CHEMIN

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.