Donation : Quels impôts payer si on donne 230 000 euros à son enfant ?

Les donations sont aussi régies par des règles fiscales, découvrez les détails dans cet article. 

Donation Quels impôts payer si on donne 230 000 euros à son enfant

Dans le cadre d’une donation à des enfants, voici le montant des impôts qu’il faut payer au fisc. Cela dépend de la valeur du don et d’autres critères. 

Donation pour les enfants : Quels impôts vous devez payer ? 

Quand on envisage de faire une donation pour ses enfants, sachez que vous devez payer des impôts sur cette dernière. Vous vous demanderez probablement quels seront les droits de donation et les abattements applicables. Cet article explore ces questions à travers l’exemple d’une donation de 230 000 euros à un enfant. Vous allez découvrir les règles et les stratégies pour minimiser les impôts à payer.

Abattements fiscaux disponibles : ce qu’il faut savoir

Le processus de donation bénéficie de certaines règles fiscales qui permettent d’atténuer le montant imposable. Pour une donation à un enfant, le premier abattement fiscal important est de 100 000 euros, renouvelable tous les 15 ans. Si vous n’avez pas fait de donation à cet enfant au cours des 15 dernières années, les premiers 100 000 euros de votre donation ne seront pas imposés. Cela réduit considérablement la base taxable, surtout lorsqu’il s’agit de votre première donation dans cette période. Un second abattement de 31 865 euros est également disponible. Mais il faut que le donateur ait moins de 80 ans au moment de la donation. Ensuite, il faut que le bénéficiaire soit majeur ou mineur émancipé. Ces deux abattements peuvent se cumuler, offrant ainsi une réduction significative des droits à payer. Si vous voulez faire une donation à vos enfants, voilà en ce qui concerne les impôts à payer. 

Impôts : Calcul des droits de donation à des enfants

Une fois les abattements déduits du montant donné, il reste une somme sur laquelle il faut payer des droits fiscaux. Pour une donation de 230 000 euros à vos enfants, il reste 98 135 euros soumis à des impôts. Ce montant sera taxé à différents taux progressifs, en fonction du barème pour les donations en ligne directe. Les taux varient de 5% pour les premiers 8 072 euros jusqu’à 45% pour les montants excédant 1 805 677 euros.

Stratégies pour optimiser les dons reçus

Normalement, c’est le bénéficiaire de la donation qui est tenu de payer les droits de donation. Cette option peut être avantageuse car elle ne sera pas considérée comme une donation supplémentaire. En planifiant soigneusement, il est possible de réduire considérablement les impôts sur la donation à ses enfants.  Pour conclure, il faut bien comprendre les règles fiscales pour optimiser les abattements et minimiser les impôts. Vous pouvez maximiser le montant qui parvient au bénéficiaire en mettant en place des stratégies. 

Écris par Inès Denne