Droits au chômage réduits, reconversion… Toutes les pistes déjà mises en place pour booster l’emploi des seniors

Le vendredi 2 février marque le début des négociations des patronats et des syndicats sur le maintien de l’emploi des seniors. Plusieurs revendications seront évoquées. Les voici.

Droits au chômage réduits, reconversion… Toutes les pistes déjà mises en place pour booster l’emploi des seniors

Certaines pistes ont déjà été prévues dans le but de booster le maintien de l’emploi des seniors. Indemnités, reconversion… On révèle tout.

publicité

Les pistes pour le maintien de l’emploi des seniors 

Il est vrai que les partenaires sociaux ont déjà discuté l’année dernière, concernant le cas des seniors, mais leur « vraie réunion » n’a commencé que ce vendredi 02 février 2024. Le sujet sera surtout basé sur le maintien de l’emploi pour les seniors. Mais avant même que les débats soient ouverts, chaque organisation a déjà pu mettre en avant leurs revendications.

publicité

Parmi elles, il y a la question de la mise en place d’un index pour les seniors. Un sujet qui avait déjà été mentionné dans le cadre de la réforme des retraites, par le gouvernement. Cet outil avait pour objectif de mieux contrôler le maintien dans l’emploi des seniors.

publicité

Avec celui-ci, les grandes entreprises pouvaient publier un score quant à l’emploi des personnes âgées, sous peine de sanction financière. Et cela devait se faire tous les ans. Toutefois, la piste n’a finalement pas été adoptée. Le Conseil constitutionnel considérait cette mesure comme un « cavalier social ».

publicité

Et pour l’heure, aucune preuve ne montre que les partenaires sociaux pourraient être à l’origine de la création de cet outil. D’autant plus que les syndicats ne sont pas convaincus quant à l’efficacité de ce dispositif. Aussi, le patronat n’a pas caché le fait qu’il soit contre l’index seniors.

publicité

« Tant que les index seront conçus comme des instruments punitifs et non pas des instruments d’identification des problèmes et d’élaboration de solutions, nous nous opposerons systématiquement à cette mauvaise idée qui va polluer le code du travail », disait Eric Chevée, de la Confédération des petites et moyennes entreprises.

publicité

Un CDI pour les seniors bientôt ?

Outre cette piste, les partenaires sociaux discuteront également d’une expérimentation d’un CDI pour les personnes âgées. Une mesure qui avait également été mentionnée dans le cadre des réformes de la retraite, mais qui a aussi été recalée par le Conseil constitutionnel.

publicité

Et comme avec l’index seniors, les discussions pourraient être compliquées. Car si le patronat est favorable à la mise en place de ce CDI senior, ce n’est nullement le cas des syndicats. L’organisation syndicale a écrit sur son site que si cette mesure venait à être appliquée, elle « s’apparenterait à identifier les seniors comme des salariés à bas coût pour l’entreprise ».

publicité

Force ouvrière incite plutôt au rétablissement du « contrat génération » grâce auquel les entreprises avec moins de 300 salariés ont pu bénéficier d’une aide de 4 000 euros par an. En contrepartie, ces entreprises devaient recruter des jeunes de moins de 26 ans, en CDI. Et ce, en conservant les salariés de 57 ou plus dans leurs entreprises. Un contrat qui avait été supprimé en France, en 2017.

Pistes pour le maintien de l’emploi des seniors : une réduction des droits au chômage prévue

Avant même que les négociations des partenaires sociaux ne commencent, certains membres du gouvernement avaient déjà évoqué des mesures pour booster le maintien de l’emploi des seniors. 

C’est notamment le cas de Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie. Ce dernier a alors révélé son souhait de « mettre fin à des dispositifs d’indemnisation du chômage qui nourrissent les départs anticipés », mais aussi les licenciements, « et contribuent au chômage des seniors ».

L’homme politique veut surtout que les plus de 55 ans puissent profiter d’une durée maximale d’indemnisation plus longue. Son objectif est de réduire la durée à 18 mois pour les demandeurs d’emploi, peu importe leur âge.

Dans ce contexte, il se peut que les partenaires sociaux négocient sur la question de « préretraite Unédic ».

La formation des seniors renforcée

Les partenaires sociaux pourraient aussi discuter du renforcement de la formation des seniors. Olivier Guivarch estime qu’en écartant ces salariés à la formation, « on ne prend pas en compte le fait qu’à 55 ans, on a encore beaucoup d’années à passer en activité dans une entreprise ».

Sandrine Mourey, négociatrice pour la CGT, révèle que les moyens déployés de nos jours sont « insuffisants », alors qu’on devrait former tous les salariés. Le plus souvent, les entreprises ne préfèrent pas former les seniors car « ils sont considérés comme moins productifs ».

Une mesure que le Medef a notamment soutenu. Ce dernier souhaite également réinstaurer un entretien obligatoire de mi-carrière. Un dispositif qui avait déjà existé avant mais a été supprimé en 2014.

Par ailleurs, les partenaires sociaux vont également se pencher sur l’aménagement des fins de carrière. Selon Olivier Guivarch, « la question de prévention est importante car il faut traiter le sujet bien avant 55 ans ».

Reste à savoir si toutes ces revendications seront ou non appliquées après les négociations.

Écris par Anna Cabana

Je suis rédactrice web spécialisée dans les domaines du marketing digital, de la culture et de l'environnement. Passionnée par la littérature et le voyage, j'aime créer des contenus originaux, pertinents et adaptés aux besoins de mes lecteurs. De nature très curieuse, je suis toujours à l'affût des dernières tendances du web.