Fin de l’ASS et bénéficiaires de l’AAH : L’APF France Handicap met en garde contre des conséquences désagréables

Comment la suppression de l’ASS affecte-t-il les bénéficiaires de l’AAH ? APF France Handicap exprime des inquiétudes sur leur exclusion du marché de l’emploi.

Fin de l’ASS et bénéficiaires de l’AAH L'APF France Handicap met en garde contre des conséquences désagréables

Une annonce officielle vient de confirmer la suppression de l’allocation spécifique de solidarité (ASS). Tous ceux qui bénéficiaient de cette aide gouvernementale seront désormais transférés vers le RSA. Cette décision a suscité des réactions, notamment de la part de l’association APF France Handicap. Dans un communiqué récent, elle exprime son opposition à cette mesure ! D’ailleurs, elle souligne en particulier son impact sur les bénéficiaires de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH). En effet, la fin de l’ASS va impacter les bénéficiaires de l’AHH. 

publicité

Suppression de l’ASS au profit du RSA : réactions et inquiétudes

Cette nouvelle a généré des préoccupations parmi les personnes concernées et leurs familles. Beaucoup se demandent comment cela affectera leur situation financière et leur capacité à subvenir à leurs besoins quotidiens. L’inquiétude règne également quant à d’éventuelles difficultés administratives liées à ce changement de régime d’aide sociale. Les arguments de l’association APF France Handicap mettent en lumière les préoccupations des personnes handicapées et de leurs familles face à cette réforme. Ils soulignent l’importance de tenir compte des besoins spécifiques de cette population vulnérable dans les décisions politiques.

publicité

Cette annonce soulève également des questions sur la manière dont le gouvernement envisage de soutenir les personnes vulnérables à l’avenir. Les citoyens attendent des clarifications et des garanties quant à la protection et à l’assistance fournies aux personnes les plus dans le besoin. Une chose est sûre, la fin de l’ASS va impacter l’AAH.

publicité

La suppression sera quand?

Le 30 janvier dernier, le Premier ministre, Gabriel Attal, a fait savoir que l’allocation spécifique de solidarité sera supprimée pour l’année 2024. Pour l’instant, la date exacte de mise en œuvre de cette décision reste inconnue. Cependant, il est clair que cette mesure aura des répercussions sur les personnes bénéficiaires de cette allocation. En effet, pour la plupart des bénéficiaires de l’ASS, le passage au RSA ne constitue pas une solution adaptée pour compenser la fin de l’ASS. C’est notamment le cas des personnes bénéficiaires de l’allocation aux adultes handicapés (AAH), qui avaient jusqu’à présent la possibilité de cumuler l’AAH avec l’ASS jusqu’en 2026, grâce à une dérogation spéciale. Donc, la fin de l’ASS va impacter les bénéficiaires de l’AAH.

publicité

Suite à l’annonce du Premier ministre, ces personnes se posent des questions sur l’avenir de cette dérogation. De plus, contrairement à l’ASS, le RSA n’est pas cumulable avec l’AAH. Et cela affectera plus de 15 000 allocataires. Par conséquent, les bénéficiaires de l’AAH risquent de subir une perte de revenus significative dès le début de la mise en œuvre de cette mesure.

publicité

Fin de l’ASS : Les bénéficiaires de l’AAH confrontés à une diminution de leurs opportunités d’emploi

Dans un communiqué rendu public le 22 février, APF France Handicap, a exprimé ses préoccupations concernant la suppression de l’ASS et son remplacement par le RSA. Selon l’association, cette fin du cumul entre l’ASS et le RSA entraînera une baisse directe des revenus pour les bénéficiaires. En effet, ces derniers ne pourront pas cumuler l’AAH et le RSA. Cette situation est particulièrement inquiétante ! En effet, les personnes bénéficiant de ce cumul sont principalement des individus invalides et incapables de travailler. APF France Handicap souligne l’impact de cette mesure sur de nombreux allocataires de l’ASS ! En particulier ceux qui sont des demandeurs d’emploi de longue durée âgés de plus de 50 ans, dont beaucoup sont des bénéficiaires de l’AAH ou des pensionnés d’invalidité.

publicité

L’association rappelle également que les personnes en situation de handicap ont moins de chances d’être employées après l’âge de 50 ans. Et de plus, ils restent en moyenne plus de huit ans sans emploi ni retraite après cet âge. Alors que la moyenne est de seulement 1,8 an pour les personnes sans incapacité. Cette exclusion progressive du marché de l’emploi est dénoncée par APF France Handicap ! En effet, elle affirme que plus de la moitié des demandeurs d’emploi handicapés dépendent des minima sociaux tels que l’ASS, l’AAH ou le RSA. Et ce, contre seulement 26,5 % pour l’ensemble des demandeurs d’emploi. Donc, la fin de l’ASS a un réel impact sur l’AAH.

publicité

Fin de l’ASS et les conséquences sur l’AAH ! 

En conclusion, l’association souhaite que le gouvernement conserve la dérogation. Elle estime que les personnes bénéficiaires de l’ASS et de l’AAH pourraient avoir du mal à retrouver un emploi. Cette situation s’explique par divers facteurs, notamment leur handicap ou leur longue période de chômage. Maintenir la possibilité de cumuler ces allocations pendant une durée prolongée est jugé essentiel pour assurer un soutien financier continu. Cela permet également aux bénéficiaires de s’adapter progressivement à un retour à l’emploi, si cela leur est possible. En préservant cette dérogation, le gouvernement pourrait jouer un rôle crucial dans la promotion de l’inclusion sociale et professionnelle des personnes les plus vulnérables de la société.

publicité

 

Écris par Michel CHEMIN

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.