Florence Poivey accueille Pierre Gattaz au Forum de la Plasturgie et des Composites

Florence Poivey accueille Pierre Gattaz au Forum de la Plasturgie et des Composites

Plasturgie Infos : Vous faites partie des nouvelles personnalités impliquées dans l’équipe de Pierre Gattaz. Pourquoi avez-vous choisi de vous engager à ses côtés ?
Florence Poivey : J’ai appris à connaitre et à apprécier Pierre Gattaz au Groupement des Fédérations Industrielles qu’il présidait. Ce groupement rassemble les principales fédérations industrielles. J’apprécie particulièrement ces rencontres du GFI, ciblées sur nos réalités industrielles, avec une approche très concrète et réactive face à nos enjeux. J’y ai rencontré un homme passionné par l’entreprise, l’incarnant véritablement. Pierre Gattaz concilie à la fois le terrain et l’avenir. J’ai la conviction qu’avec lui l’entreprise sera véritablement au cœur de la démarche et de la politique du Medef. Il est de plus formidablement concerné par les hommes et les femmes de nos entreprises. Evidemment, en acceptant sa proposition de travailler à ses côtés, j’ai vu un intérêt réel pour notre industrie de la plasturgie et aussi pour l’esprit PME que nous incarnons. Je suis très fière de travailler sur un sujet que je considère éminemment stratégique pour chacune de nos entreprises, la Formation.

P.I. : Vous venez d’être nommée Présidente de la Commission éducation, formation et insertion du Medef. Comment envisagez-vous de conduire cette mission ?

F.P. : Se battre pour l’emploi en osant l’entreprise est un axe fort porté par Pierre Gattaz. Ce qui me parait essentiel, c’est qu’on puisse faire de la formation à la fois un levier pour la compétitivité et un levier pour l’emploi de nos jeunes.

Aujourd’hui, la formation représente un paysage trop compliqué pour tout le monde : les jeunes, les salariés, les entreprises. Simplifier, simplifier, simplifier s’impose de toute urgence. La compétitivité, c’est aussi plus de responsabilités et plus d’engagements en termes de formation de la part de nos entreprises et pour nos entreprises. Il n’y a pas de compétitivité sans véritable investissement et sans maîtrise des coûts.

Pour développer l’emploi et notre compétitivité, les formations doivent correspondre beaucoup plus aux besoins des entreprises et des marchés d’avenir. Les jeunes doivent être formés dans une ambition d’emploi, dans une ambition de bâtisseur, de façon ajustée et d’excellence.

Pour renforcer le levier social, il faut refuser toute formation qui ne fera pas gagner la France de demain. Parallèlement la sécurisation des parcours professionnels permettra à chacun de développer ses compétences pour accéder et se maintenir dans nos marchés d’avenir. Enfin, l’alternance, à tous les niveaux de compétences, doit devenir une véritable voie d’excellence. Notre richesse humaine est au cœur de nos réussites.

Je suis déterminée à me battre pour ces deux leviers. Ils seront mon fil rouge lors les négociations qui démarreront dans les prochaines semaines. Elles s’annoncent comme une opportunité pour donner une nouvelle dynamique à nos ambitions.

PI : Compte tenu de ces nouveaux mandats, quel sera votre engagement au sein de la Fédération de la Plasturgie ?

F.P. : Mon ancrage dominant reste toujours mon entreprise, Union Plastic. De la même manière, mon ancrage syndical restera toujours la Fédération de la Plasturgie. Je suis très fière de conduire mon mandat à la tête de la Fédération de la Plasturgie tout en m’investissant au sein du Medef. Je souhaite mettre à profit toutes les opportunités positives pour notre Fédération. Le thème de la formation me tient particulièrement à cœur, car stratégique. Je suis convaincue que mes différentes missions seront d’un enrichissement mutuel. Nous avons de nombreux projets clés pour notre compétitivité que j’ai à cœur de faire aboutir dans notre branche : le CTI, une dynamique à la fois de défense mais aussi de responsabilisation environnementale éco-positive, le renforcement de nos relations avec nos fournisseurs et nos donneurs d’ordres, la réflexion sur notre Fabrique à Talents, sans oublier l’élargissement de notre Fédération dans un esprit de filière travaillant en excellente intelligence.

Ma présence au Medef, pour tous ces sujets, devra être un atout. C’est dans cet objectif que je m’y prépare. Mais pour m’accompagner, j’ai aussi une chance extraordinaire de pouvoir m’appuyer, dans mon entreprise, à la Fédération de la Plasturgie et au Medef, sur des équipes d’experts solides, enthousiastes et engagées.