France: la majorité des retraités résidant à l’étranger sont algérien

Un grand nombre de personnes retraitées habitent en Algérie. C’est important de savoir combien y résident.

France la majorité des retraités résidant à l’étranger sont algérien

La France a recruté des travailleurs d’Algérie, du Maroc, de Tunisie et du Sénégal pendant la colonisation. Après la décolonisation, beaucoup sont restés pour travailler. Mais beaucoup sont retournés dans leur pays après la retraite. Ainsi, le nombre de retraités français vivant en Algérie a augmenté.

publicité

Le nombre exact des retraités vivant en Algérie

En 2022, la CNAV a versé 15 049 171 pensions de retraite. Parmi celles-ci, 1 087 595 ont été attribuées à des personnes étrangères, représentant 7,2% du total. Le nombre de retraités vivant en Algérie est de plus de 300 000 retraités. En ce qui concerne le nombre de retraités d’autres pays bénéficiant de pensions en France. Le Portugal compte 163 850 bénéficiaires, suivi de l’Espagne avec 157 074 personnes. L’Italie compte 65 829 retraités bénéficiant de pensions françaises, tandis que le Maroc en compte 60 864. Ensuite, la Belgique a 51 915 bénéficiaires, l’Allemagne 46 827, puis la Tunisie 37 395. La Suisse compte 20 993 bénéficiaires et enfin la Turquie avec 14 488. Ces chiffres montrent les pays avec lesquels la France a versé le plus de pensions de retraite.

publicité

Les retraités vivant en Algérie : le nombre de fraudeurs augmente

Les informations révélées par la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) indiquent une augmentation des fraudes sociales. Cela signifie que certaines personnes abusent du système. Face à cela, le ministre Gabriel Attal souhaite agir rapidement en prenant des mesures pour lutter contre ces abus. Son attention se porte particulièrement sur le nombre de retraités vivant à l’étrangers comme en Algérie. Ces mesures pourraient concerner environ 500 000 personnes. Il s’agit d’un effort pour assurer que les aides sociales soient distribuées équitablement. Ainsi, les personnes ayant réellement besoin peuvent en bénéficier.

publicité

Dans l’UE, les pays se parlent pour savoir rapidement si les informations sur une personne sont correctes. Mais avec les non-Européens, c’est plus compliqué, ça prend plus de temps. Par exemple, pour les personnes vivant en Algérie, les vérifications sont plus longues et détaillées. C’est parce que les pays européens ne peuvent pas échanger d’informations aussi facilement. Cela rend le processus de vérification plus difficile et prend plus de temps.

publicité

Des certificats injustifiés

Pour mieux contrôler les bénéficiaires étrangers de la retraite, des rencontres seront organisées dans des consulats ou des banques locales. L’utilisation de la biométrie aidera à identifier plus facilement ces bénéficiaires. Le gouvernement français espère une coopération active de la part de l’Algérie pour vérifier ces dossiers. En effet, l’an passé, sur 1 000 retraités algériens supposés avoir atteint l’âge de cent ans. Environ 300 dossiers ne correspondaient pas aux critères attendus, suscitant des doutes quant à leur authenticité.

publicité

D’après le rapport de la Cour des comptes en 2020, des problèmes de fraude aux pensions de retraite ont été identifiés. Cela a mis en lumière des versements indus à des personnes décédées à l’étranger. Ces situations résultent de l’absence de signalement de décès par les proches ou de documents falsifiés. Ainsi, cela rendait difficile la détection de ces cas. Les mesures adoptées ne parvenaient pas à garantir l’interruption des paiements pour les bénéficiaires décédés à l’étranger. Ces constats soulignent les lacunes dans la gestion des prestations de retraite à l’international.

publicité

Un sujet qui suscite des débats

Le ministre Gabriel Attal veut lutter contre les fraudes sans accuser personne. Il se souvient sûrement des propos du député Gilbert Collard en 2019 sur la fraude aux retraites. Celui-ci évoquait le coût élevé pour la France. Et cela représente une dépense de 6,5 milliards. Ces déclarations ont été controversées et ont soulevé des débats. Attal cherche à agir contre ces pratiques sans causer de tort à qui que ce soit. Ainsi, il prend en compte les tensions précédentes autour de ce sujet sensible. Les commentaires sur les retraités supposés vivre longtemps ont provoqué des réactions.

publicité

Les chiffres que l’on entend sont très différents de ce qui est réellement. Selon la CNAV, il n’y a en fait que 1 717 personnes âgées de plus de cent ans. Cela représente moins de 0,02 % des pensions de retraite pour les personnes vivant à l’étranger. En 2019, la CNAV a versé 6,8 millions d’euros de pensions de retraite à des résidents à l’étranger. Ces statistiques montrent que les chiffres au sujet du nombre de retraités vivant à l’étranger comme en Algérie ne représentent qu’une petite fraction. Cela qui signifie que cette question est bien moins significative qu’on ne le prétend. Ces données soulignent l’importance de regarder les faits réels plutôt que les chiffres exagérés pour comprendre la situation des retraités.

publicité

Écris par Anna Cabana

Je suis rédactrice web spécialisée dans les domaines du marketing digital, de la culture et de l'environnement. Passionnée par la littérature et le voyage, j'aime créer des contenus originaux, pertinents et adaptés aux besoins de mes lecteurs. De nature très curieuse, je suis toujours à l'affût des dernières tendances du web.