Fraude : cette femme qui vit à Maroc a continué de percevoir la pension de sa mère décédée durant 25 ans

Cette femme a commis une fraude importante auprès de la caisse. Elle a continué à percevoir la pension de sa mère alors que cette dernière est décédée depuis plus de 20 ans. On vous raconte tout ce qui s’est passé.

Fraude : cette femme qui vit à Maroc a continué de percevoir la pension de sa mère décédée durant 25 ans

La fraude de cette femme qui continuait de à percevoir la pension de sa mère a été découverte. Elle a été condamnée par la justice.

publicité

Fraude : elle a continué à bénéficier de la pension de sa mère même après la mort de cette dernière

Il n’est pas rare que les autorités fassent face à certaines fraudes faites par les citoyens. Et le cas de cette femme en est fait partie. Cette dernière a continué à percevoir la pension de sa mère, alors que celle-ci est décédée depuis 1998.

publicité

Elle vient de l’Eure et réside au Maroc. À aucun moment, elle n’avait pris la décision de déclarer la disparition de sa mère. Au contraire, elle l’a cachée afin de pouvoir continuer de bénéficier de la retraite.

publicité

Ce n’est que récemment que son plan a été découvert par les autorités, durant un contrôle. Ainsi, cette femme a pu bénéficier de 200 000 euros, pendant près de 26 ans. Et bien évidemment, la fraudeuse ne s’en est pas sortie aussi facilement.

publicité

Elle a été condamnée à 15 mois de prison avec sursis probatoire sur trois ans par le tribunal correctionnel. Aussi, la septuagénaire doit rembourser la totalité d’argent qu’elle avait perçu pendant ces 25 ans.

publicité

De plus en plus de fraude dans l’Hexagone

Le cas de cette femme qui a perçu la pension de sa mère décédée n’est pas isolé. En réalité, les autorités font régulièrement face à ce type de fraude. Et ce n’est pas l’ex-magistrat de la délégation nationale à la lutte contre la fraude, Charles Pratts, qui dira le contraire.

publicité

Selon ce dernier, ce problème est « très répandu en France et il y a des exemples réguliers ». D’après ses dires, les mairies sont chargées d’enregistrer tous les décès et les dossiers sont mis à jour « toutes les semaines ».

publicité

Il est tout à fait probable que le versement prend fin par la caisse d’assurance vieillesse, en cas de décès. Mais pour que cela soit possible, il faut que la disparition de la personne bénéficiaire soit déclarée par ses proches.

publicité

Or, cette septuagénaire responsable de fraude, qui a perçu la pension de sa mère, n’a pas fait cette déclaration. Résultat : elle doit rester en prison pendant plus de 10 mois et doit aussi rembourser ce qu’elle doit auprès de caisse.

Face aux fraudes, le gouvernement ne reste pas les bras croisés

Bien évidemment, en vue du nombre de fraudes qui ne cessent d’augmenter ces derniers temps, l’État ne reste pas sans rien faire. Ce dernier a fait une annonce concernant la mesure qu’il a prise pour faire face à ce problème.

Il souhaite créer un Conseil d’évaluation des fraudes, dans le but de mettre en « priorité » la lutte contre les fraudes.

« Nous avons besoin d’y voir plus clair sur la réalité de la fraude », a déclaré Thomas Cazenave, le ministre délégué aux Comptes publics.

D’après ses révélations « la politique de lutte contre la fraude fiscale et sociale » ne deviendra efficace qu’on ait « des données et qu’on puisse se donner des objectifs ».

Les mesures mises en place par le gouvernement

Vous l’aurez donc compris, le gouvernement cherche tous les moyens possibles pour mettre un terme définitif aux fraudes dans l’Hexagone. Il souhaite notamment renforcer sa lutte contre la fraude.

Pour ce faire, il a mis en place plusieurs nouvelles mesures qui sont incluses dans le projet de loi de finances 2024 et le projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Parmi ces règles, il y a le fait de mettre en place un régime de sanctions pour les aides publiques. De même, le gouvernement voudrait aussi inclure un délit d’incitation à la fraude sociale ou fiscale.

Le but selon Thomas Cazenave est de « pouvoir garantir que toutes celles et ceux qui doivent s’acquitter de l’impôt se l’acquittent véritablement ». De même, on voudrait aussi que « celles et ceux qui bénéficient d’aides sociales en bénéficient à bon escient.

En outre, les fraudes en France sont nombreuses, mais l’État ne reste pas les bras croisés. Son initiative de renforcer les règles pour lutter contre ces pratiques en est la preuve. Mais pour l’heure, on se demande si ces mesures sont suffisantes pour mettre fin à la fraude dans l’Hexagone. D’autant plus que les fraudeurs trouvent plusieurs moyens pour atteindre leur but. Reste donc à savoir si les dispositifs mis en place par l’État suffisent. Affaire à suivre.

Écris par Laura Laura