GRH : 6 salariés sur 10 veulent devenir freelance, voici pourquoi

Le statut de freelance va-t-il faire de l’ombre au salariat ? De nos jours, 6 salariés sur 10 désirent quitter leur emploi pour devenir freelance. Et il y a plusieurs raisons qui expliquent ce choix.

GRH : 6 salariés sur 10 veulent devenir freelance, voici pourquoi

Savez-vous qu’en France, 6 salariés sur 10 veulent devenir freelance ? La preuve que ce statut professionnel intéresse les gens.

publicité

La plupart des salariés veulent devenir freelance : cette étude le confirme

Il est vrai que le statut de freelance a le vent en poupe depuis quelque temps. De plus en plus de personnes préfèrent cette option au lieu du salariat. Et cette étude qu’a menée Viavoice & Beager en est la preuve.

publicité

Effectivement, cette dernière montre que 25% des travailleurs français désirent posséder le statut de freelance. Et cela varie en fonction de différents critères. 37% au sein des cadres, 29% pour les salariés travaillant dans le secteur privé et 28% pour les professions intermédiaires.

publicité

Aussi, l’âge est également un élément essentiel. 33% de ceux désirent devenir freelance ont entre 25 et 34 ans. Et bien évidemment, la taille de l’entreprise joue aussi un rôle important et 38% des salariés des petites entreprises souhaitent être freelance contre 21% chez les grandes.

publicité

D’ailleurs, presque la moitié des personnes sondées pendant cette étude se disent être prêtes à quitter leur travail actuel s’il devient freelance. En revanche 63% d’entre eux veulent s’y lancer en considérant cette opportunité comme complément de leur poste.

publicité

Qu’est-ce qui pousse ces salariés à devenir freelance ?

C’est surtout les jeunes qui souhaitent devenir freelance, de nos jours. En effet, 74% des personnes de moins de 35 ans veulent suivre cette tendance. Et près de la moitié voudrait le faire, mais à court terme, pendant 2 ou 3 ans.

publicité

Seulement il y a certaines limites quant au fait de se lancer en freelance. Parmi elles, le confort du statut de salarié, mais aussi la possible instabilité des revenus obtenus. Toutefois, le freelance apporte aussi des avantages. L’autonomie, la flexibilité ainsi que la liberté font partie des points qui poussent les salariés à s’y lancer.

publicité

Comme l’avait précisé cette étude de Viavoice & Beager, le freelance est loin d’être une voie unique. Autrement dit, il y a deux options qui s’offrent à nous : on peut le faire tout au long de notre carrière ou devenir freelance afin d’apporter un complément à un emploi salarié.

publicité

Par ailleurs, on constate que ce sont surtout les hommes qui s’intéressent à cette tendance (63%).

Un statut qui va impacter le système du travail ?

Vous l’aurez donc compris, de plus en plus de personnes sont fascinés par le monde du freelance. Et les résultats de cette étude en sont la preuve. Cela est loin d’être sans conséquence puisqu’il pourrait chambouler le monde du travail dans les prochaines années.

Aujourd’hui, les salariés désirent apporter plus de personnalisation sur leur parcours professionnel. Leur objectif ? Assurer la sécurité et l’indépendance.

Par ailleurs, Collective s’est également penchée sur le même sujet et a mené une autre étude, relayée par ZDNet, en octobre 2023. Suite à cela, ils ont découvert que 64% des Américains ayant moins de 35 ans veulent devenir freelances, ou le sont déjà.

Cette tendance marque surtout la génération Z ainsi que les jeunes Millenials. Mais pour quelle raison ?

Pourquoi veulent-ils se lancer en freelance ?

Si l’on réfléchit bien, il est normal que la génération Z et les Millenials choisissent cette voie. Cela peut s’expliquer par l’essor de l’économie des créateurs constaté depuis maintenant plusieurs années. Les personnes ayant vécu dans cet environnement désirent surtout un épanouissement sur le plan professionnel et veulent être indépendantes. Ce qui les diffère de leurs parents.

Ces jeunes ont une autre définition de ce qu’on appelle « réussir sa carrière ». Cela signifie pour eux de travailler moins de 40 heures par semaine, en menant le mode de vie qu’ils désirent. Cette tendance pourrait d’ailleurs leur être bénéfique puisqu’ils pourront faire face aux différents défis de leur carrière.

59% dispose d’un plan B, s’il y a un licenciement, d’après Hooman Radfar, PDG de Collective. Alors que du côté des adultes, seuls 30% ont ce plan B. Aussi, l’installation de l’IA et la présence des plateformes en ligne pourraient rendre l’entrepreneuriat encore plus facile. Ce qui peut donc améliorer l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle.

Ainsi, la génération Z est faite pour travailler en freelance. De plus, ce statut pourrait améliorer la santé mentale, si l’on se fie aux révélations des 88% des freelances qui ont décidé de quitter leur emploi salarié à plein temps. Grâce à cela, on pourra donc booster la créativité. Il y aura également une meilleure productivité.

Écris par Inès Denne