Immobilier : Découvrez ces villes où les prix chutent en Île-de-France

Depuis un certain temps, on constate une baisse des prix de l’immobilier en Île-de-France. Voici les villes et les départements les plus touchés.

Immobilier : Découvrez ces villes où les prix chutent en Île-de-France

On constate ces derniers temps qu’il y a une baisse de prix de l’immobilier en Île-de-France. Le marché rencontre une crise depuis peu.

publicité

Le marché immobilier en crise 

Force est de constater que les diverses crises en France touchent tous les secteurs. Et le marché de l’immobilier n’en est pas épargné. En effet, depuis quelques mois, on peut remarquer les difficultés auxquelles fait face ce marché. Cela s’explique surtout par les dégradations des conditions d’obtention des prêts immobiliers ainsi que le marché saturé.

publicité

D’après les révélations de FNAIM (Fédération nationale de l’immobilier), les financements ont quadruplé en seulement deux ans. À la fin du mois d’août 2023, il n’y a eu que 155 000 transactions, ce qui représente une baisse de 17% comparé à la période en 2022.

publicité

Et ce n’est pas le seul constat qu’on a fait, puisque cette baisse touche également le neuf. En effet, si l’on se fie aux informations de FNAIM, une baisse de ventes d’immobilier est constatée depuis l’année 1995.

publicité

La fédération affirme que « le mal semble plus profond sur ce marché que sur celui de l’ancien ». En vue des effondrements des ventes, il y a donc une baisse de prix.

publicité

Baisse de prix d’immobilier en Île-de-France : tout savoir sur cette chute

Certes, les stations balnéaires françaises sont exclues des crises immobilières, mais il n’empêche que les prix soient tout de même en baisse depuis quelque temps. Notamment dans la capitale française et dans sa périphérie.

publicité

La publication des statistiques trimestrielles du marché immobilier ancien en Île-de-France des Notaires du Grand Paris indique que le tarif d’un mètre carré est à ce jour sous la barre des 10 000 euros, à Paris. Ce qui représente une énorme baisse.

publicité

Et ce n’est pas tout puisque tous les arrondissements de la Capitale connaissent cette chute de prix depuis quelque temps. En effet, ils ont diminué entre 2% et 7% en seulement un an.

publicité

Les plus fortes baisses de prix de l’immobilier enregistré

Dans le détail, il y a certaines zones qui connaissent une forte baisse que d’autres. C’est surtout dans le 16e arrondissement qu’on constate le plus une grande chute, soit 6,4%. Ensuite, il y a le 13e arrondissement avec 6,6% de baisse. Puis, le 6e connaît aussi une baisse de 6,7% de prix de l’immobilier. Et les 19e et 20e arrondissements enregistrent une baisse de 6,5%.

La même étude indique que cette chute de prix touche aussi en petite et grande couronne. Par conséquent, il y a donc de fortes baisses de prix dans de nombreux départements de la région et dans certaines villes.

Découvrez ces villes et départements où les prix de l’immobilier ont le plus baissés

Pour ce qui est des appartements anciens, c’est surtout Maisons-Alfort qui enregistre la plus forte baisse (-8,2%). Pareillement aussi pour Asnières-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine (-9,2%) puis Pantin, dans la Seine-Saint-Denis (-7,7%).

Quant aux maisons anciennes, nous retrouvons Colombes (-16,6%), Antony (-10,5%) dans les Hauts-de-Seine ainsi que Gagny, en Seine-Saint-Denis (-7,9%).

Aucune amélioration prévue pour le moment

Les Notaires du Grand Paris affirme qu’il est possible qu’il n’y ait pas d’améliorations « dans les prochains mois ».

En raison de l’inflation, « on peut craindre que l’environnement financier soit durablement moins porteur que ces dernières années, où un contexte exceptionnellement favorable avait permis aux acquéreurs de continuer à réaliser leur projet. Et ce, « malgré le choc de la crise sanitaire ».

Êtes-vous concernés par le prélèvement de la taxe foncière du mois de décembre ?

Puisqu’on parle d’immobilier, évoquons la taxe foncière. Il s’agit d’un impôt appliqué à tous ceux qui sont propriétaires de bien immobilier.

En temps normal, la taxe foncière doit être payée pendant dix mois, pour tous ceux qui ont choisi de la mensualiser. Mais on constate cette année, qu’il y a eu une forte augmentation de cette taxe. Par conséquent, on a dû faire un rattrapage.

Ainsi, certains propriétaires ont dû subir un prélèvement de cette taxe durant le mois de novembre et risque la même chose pour ce mois de décembre. En effet, la taxe foncière à payer ce mois-ci concerne ceux qui subissent une hausse, comme l’avait précisé impots.gouv.fr.

Tous ceux qui en sont redevables sont donc contraints de subir un prélèvement le 15 décembre prochain. Et ceux qui souhaitent la mensualisation de cette taxe foncière pour 2024 doivent entamer les démarches nécessaires « jusqu’au 15 décembre, pour un début des prélèvements en janvier ».

Écris par Michel CHEMIN

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.