Immobilier : les prix vont exploser d’ici 2030 à cause du manque de terrains dans ces 20 villes

Depuis 2021, il y a moins de terrains pour construire des maisons dans les villes. Cela rend les maisons plus chères.

Immobilier les prix vont exploser d’ici 2030 à cause du manque de terrains dans ces 20 villes

Une loi a été mise en place pour limiter considérablement le nombre de terrains disponibles. Cette mesure a un impact significatif dans de nombreuses agglomérations. En effet, elle va entraîner une augmentation des prix de l’immobilier local. En conséquence, certaines villes vont manquer de terrains en 2024.

publicité

Les villes qui vont manquer de terrain en 2024 : voici les raisons

Dans les prochaines années, la disponibilité des terrains constructibles deviendra de plus en plus rare. En effet, certaines villes pourraient manquer de terrains en 2024. Cette situation risque d’entraîner une forte augmentation des prix de l’immobilier. Les experts qui ont publié un rapport chez le cabinet de conseil en immobilier Arthur Loyd. Ce dernier est intitulé « Attractivité & résilience des métropoles : Transition des territoires ». Ces experts expriment leur inquiétude face à cette situation. Selon eux, la croissance démographique contribue à cette pénurie de terrains constructibles. Ils mettent en garde contre les conséquences potentielles sur le marché immobilier. Ainsi, ils appellent le gouvernement à prendre des mesures pour faire face à ce défi croissant.

publicité

Dans leur rapport, les auteurs examinent attentivement la loi de « zéro artificialisation nette (ZAN) », adoptée en 2021. Cette loi vise à réduire la consommation d’espace de moitié d’ici 2030 par rapport à la décennie précédente. Ainsi, cette dernière a pour objectif d’atteindre un équilibre de zéro artificialisation nette des sols d’ici 2050. Chaque commune est tenue de respecter cet objectif national en limitant l’expansion de ses zones urbaines. Les municipalités doivent donc contrôler strictement l’utilisation de nouvelles surfaces pour la construction. Le but est de ralentir l’expansion des zones urbaines. Cette régulation vise à préserver les espaces. Mais certaines villes pourraient manquer de terrains constructibles en 2024.

publicité

Voici les villes qui pourraient manquer de terrain en 2024

Pendant la prochaine décennie, de nombreuses villes devront construire de nouveaux logements. Cela sera nécessaire en raison de l’augmentation de la population et de l’arrivée de nouvelles entreprises. La croissance démographique et économique entraînera une demande accrue de logements et d’espaces pour travailler. Les municipalités devront donc trouver des solutions pour répondre à ces besoins croissants. Cela pourrait signifier la densification des zones urbaines existantes. Les autorités doivent équilibrer la croissance urbaine et la préservation des espaces verts et agricoles. En anticipant les besoins futurs, les villes peuvent prospérer tout en préservant leur qualité de vie.

publicité

Le cabinet Arthur Loyd a analysé les « bassins d’emplois » les plus touchés par la règle de sobriété foncière. Ils ont identifié 20 villes qui vont le plus manquer de terrain en 2024. Pour cela, il a d’abord évalué la quantité de terres urbanisées des dix dernières années. Ensuite, il a calculé les besoins potentiels en terrains constructibles jusqu’en 2030. Ils se basent sur des indicateurs socio-économiques. Enfin, Il a confronté les besoins estimés aux quotas pour identifier les villes qui vont le plus manquer de terrain en 2024. Cette analyse vise à anticiper les défis futurs liés à l’urbanisation.

publicité

Un impact considérable sur le prix de l’immobilier

Arthur Loyd prévoit les régions urbaines avec une forte demande de terrains dans les années à venir. Cette demande accrue exercera une forte pression sur le marché foncier. Cela entraînera une augmentation significative des prix immobiliers locaux. Un exemple marquant est la métropole de Toulouse. Il devrait nécessiter plus de 3 000 hectares supplémentaires. Cette demande pourrait accentuer la hausse des prix, déjà en augmentation de 33% au cours des cinq dernières années. De même, à Nantes, les besoins estimés dépasseront probablement les 1 800 hectares. Cela pourrait aggraver la flambée des prix, ayant déjà augmenté de 30% sur la même période. Cette tendance souligne l’importance de trouver des solutions efficaces pour répondre à la demande croissante de logements dans ces villes.

publicité

Les conséquences de cette loi

Les auteurs de l’étude mettent en garde contre une hausse notable des prix de l’immobilier due à l’objectif de Zéro artificialisation nette des sols. Cette pression sur le foncier se reflète déjà dans l’évolution des prix de l’immobilier dans de nombreuses villes. Dans ces agglomérations, ils prévoient une poursuite de cette hausse à moyen terme en raison de la mise en œuvre de l’objectif ZAN. Cette situation pourrait avoir un impact sur la capacité des familles à accéder à la propriété et à se loger convenablement. En conséquence, les autorités locales et les acteurs du marché immobilier devront prendre des mesures spécifiques.

publicité

Écris par Michel CHEMIN

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.