Impôts : le taux réduit pour de nombreux Français en 2024, êtes-vous concernés ?

L’État prévoit une hausse du barème d’impôt sur le revenu cette année. Ce qui est une bonne nouvelle pour les citoyens, mais une mauvaise pour les finances publiques. Les détails.

Impôts : le taux réduit pour de nombreux Français en 2024, êtes-vous concernés ?

Une revalorisation du barème d’impôt sur le revenu est prévue pour cette année 2024. Et cela ne sera pas sans conséquences.

publicité

Revalorisation du barème d’impôt sur le revenu en 2024 : à quoi doit-on s’attendre ?

Dans le cadre du projet de loi de finances pour l’année 2024, les autorités voudraient mettre en place une revalorisation des tranches du barème de l’impôt. Et cela n’est bien évidemment pas sans conséquences.

publicité

C’est en tout cas ce que laisse croire les résultats de l’étude annuelle qu’a menée l’Institut des Politiques Publiques et l’Observatoire de la macroéconomie du CEPREMAP. Cette étude a montré que cette augmentation du barème d’impôt sur le revenu va être avantageuse pour plusieurs personnes.

publicité

L’article 2 du texte budgétaire stipule que les tranches de revenus imposables soient indexées au taux de 4,8% du taux de l’évolution des prix en France. Notons que ce texte est actuellement étudié par le Sénat, ce qui veut donc dire que rien n’est encore officiel au sujet de cette hausse du barème de l’imposition.

publicité

Quoi qu’il en soit, cette augmentation va changer certains points sur les impôts sur le revenu s’il venait à être appliquée.

publicité

Qu’est-ce qui va changer suite à la revalorisation du barème d’impôt sur le revenu en 2024 ?

Le fait que le gouvernement augmente le barème de l’impôt signifie qu’il y aura aussi des changements quant aux impôts que les Français vont payer. Dans le détail, un contribuable ne paiera pas d’impôts sur son premier 11 294 euros gagnés en 2023.

publicité

Pour ce qui est du reste des tranches de revenus, les taux s’élèvent à 11%, 30%, 41%. Autrement dit, les citoyens doivent payer 11% ou 30% ou 41% d’impôts, en fonction des tranches de revenus auxquels ils correspondent.

publicité

Et ce taux peut aller jusqu’à 45%, dans le cas où les revenus sont plus de 177 107 euros. De son côté, le ministre de l’Economie a réagi sur le sujet en juin 2023. Bruno Le Maire s’était indigné du fait que les Français pourraient payer encore plus d’impôts ou qu’ils entreraient dans des tranches d’imposition encore plus élevées, à cause de l’inflation.

publicité

Qui sont les gagnants et les perdants ?

À en croire les dires de Bruno Le Maire, pendant son interview, certains foyers vont profiter de cette augmentation du barème plus que d’autres. Pour cause, ils peuvent être exonérés d’impôts. Au total, ce sont 322 000 ménages qui pourraient être concernés par cette exonération de fiscaux supplémentaires, d’après le ministre de l’Economie.

Mais comme il y a des gagnants, il y a aussi des perdants. Et ce n’est autre que l’État lui-même. Car le fait qu’il y ait moins d’impôts à payer signifie une perte pour le gouvernement. Ce dernier risque donc d’enregistrer une perte d’environ 6 millions d’euros dans sa Caisse.

Par ailleurs, sachez que cette mesure n’est pas une nouveauté. L’État laisse croire qu’il s’agit d’une nouvelle initiative et pourtant ce n’est pas le cas. Cette mesure n’a rien d’exceptionnel, puisque depuis les années 70, on revalorise toujours le barème de l’impôt sur le revenu, selon l’évolution du taux de l’inflation. Néanmoins, dans certains cas, cette indexation pourrait ne pas être appliquée, ce qui est plutôt rare.

Une mesure pour faire face à l’inflation

Il est vrai que l’inflation en France affecte énormément le quotidien des Français. Certains ont même vu leur pouvoir d’achat s’affaiblir suite à l’apparition de ce phénomène assez délicat. Le seul n’étant pas affecté par la hausse est le SMIC.

Et face à l’inflation, le gouvernement veut donc aider ceux qui peinent à régler leurs impôts cette année. Ainsi, les salariés qui présentent une hausse de revenus en dessous de 4,8% pourraient voir une baisse de leur imposition.

Un sujet qu’avaient évoqué les économistes pendant leur conférence budgétaire annuelle, le 27 novembre. Seulement voilà, il se peut que cette augmentation du barème ne soit pas permanente. De plus, on ne sait pas si elle sera suffisante à long terme, pour lutter contre l’inflation. Aussi, cette augmentation n’est pas sans conséquence. Car non seulement elle fait diminuer les impôts des contribuables, mais cela a aussi un grand impact sur les finances publiques.

Ainsi, cette mesure suscite beaucoup de questions. On se demande si elle est vraiment efficace pour faire face à l’inflation. De même, on ne sait pas si cette augmentation du barème d’impôts sur le revenu est l’arme dont on a besoin pour renforcer le pouvoir d’achat des Français. Le temps nous le dira.

Écris par Inès Denne