Inflation : Vous ne retrouverez plus ces produits chez Carrefour en 2024…

Carrefour ne vend plus les produits Pepsico à cause d’un désaccord entre eux. C’est la raison de cette décision précipitée

Inflation Vous ne retrouverez plus ces produits chez Carrefour en 2024…

Aujourd’hui, Carrefour a décidé de ne plus vendre les produits de la marque Pepsico. Cette décision survient pendant des discussions difficiles entre eux. Les négociations ne se passent pas bien. Les clients de Carrefour ne pourront plus acheter les produits fabriqués par ce groupe.

publicité

Carrefour et Pepsico : une séparation difficile

Carrefour a pris une décision radicale d’arrêter la vente des produits Pepsico dans ses magasins. Des affiches expliquent cette décision. En effet, l’enseigne dénonce une augmentation de prix jugée inacceptable. Cette démarche fait partie d’une campagne dénommée « Engagé pour faire baisser les prix ». Elle vise à sensibiliser à la hausse des tarifs de Pepsico. Ces informations ont été relayées par Olivier Dauvers sur son site spécialisé. Les clients peuvent désormais voir ces affiches expliquant pourquoi les produits Pepsico ne sont plus disponibles chez Carrefour. Cette action vise à attirer l’attention sur les hausses de prix.

publicité

Carrefour et Pepsico : les produits concernés

Carrefour a pris la décision d’arrêter la vente de 16 marques appartenant au groupe Pepsico dans ses magasins. Parmi ces marques figurent Pespi, Lay’s, Doritos, Cheetos, Lipton, 7up, Cruesli, Benenuts, ainsi que les gazpacho Alvalle. Les clients ne pourront plus retrouver ces produits dans les rayons des supermarchés Carrefour. Cette décision a été prise en raison d’un désaccord commercial entre les deux entreprises. Cela montre l’importance que Carrefour accorde à la protection des intérêts des consommateurs.

publicité

Pepsico a déjà fait face à des critiques pour avoir augmenté ses prix. En mars 2023, le président de Système U, Dominique Schelcher, a déclaré au magazine LSA avoir retiré les produits du groupe de ses rayons. Cela faisait suite à des demandes de hausses de prix allant de 14 à 15 % lors des négociations précédentes. Cette situation n’est pas unique à Pepsico. En effet, les hausses de prix ont entraîné des désaccords lors des discussions commerciales. Ces différends sont fréquents dans le secteur. Cette histoire révèle comment les entreprises négocient les prix. Ainsi, cela peut affecter les produits disponibles dans les magasins et le budget des consommateurs.

publicité

Des échanges tendus entre les deux entreprises

Dans le contexte des discussions commerciales intenses, Carrefour a pris une mesure radicale de ne plus vendre les produits Pepsico. Cette décision forte s’inscrit dans un contexte de tensions où les distributeurs et les industriels peinent à trouver un accord. De son côté, Michel-Edouard Leclerc a exprimé sa détermination à lutter contre l’inflation. Sur Franceinfo, il a déclaré vouloir « enfiler les gants de boxe » pour s’attaquer à ce problème et chercher à stabiliser les prix. Ces gestes forts illustrent les défis auxquels sont confrontés les distributeurs et les fabricants pour parvenir à des ententes équitables.

publicité

Le chef d’entreprise a exprimé son mécontentement face aux requêtes d’augmentation de tarifs de la part des fabricants. En effet, l’augmentation des prix peut atteindre en moyenne « de 6 à 10 % ». Certaines demandes se révèlent encore plus importantes. Ces chiffres témoignent de cette situation délicate. Les distributeurs se retrouvent confrontés à des demandes de majorations conséquentes de la part des fournisseurs. Ces augmentations touchent des produits du quotidien. Ainsi, ces hausses significatives risquent de peser lourdement sur les consommateurs. Cette perspective soulève des préoccupations quant à l’impact potentiel sur les budgets des familles.

publicité

Les autres distributeurs

Selon Michel-Édouard Leclerc, il envisage de retirer des produits des rayons à long terme. Ainsi, il se prépare à des négociations fermes avec les fabricants lors des prochaines discussions commerciales. Il critique ouvertement les grandes entreprises. En effet, Michel-Edouard Leclerc les accuse de vouloir augmenter excessivement les prix. Face à cette situation, il se prépare à un affrontement tendu avec ces entreprises pour défendre les intérêts de son enseigne. Il affiche sa détermination à ne pas accepter ces hausses de prix sans protester. Ces propos soulignent un engagement fort pour assurer des prix justes et abordables.

publicité

Dominique Schoelcher partage un objectif clair. En effet, il vise à réduire les prix des produits dont les matières premières ont baissé. Lors d’une interview sur BFMTV mercredi, il a expliqué cette démarche. Il se montre confiant pour l’année 2024. Cette vision positive découle d’une possible diminution des coûts des matières premières. Schoelcher présente ainsi une perspective optimiste qui pourrait être une bonne nouvelle pour les acheteurs. En évoquant ces changements, il espère que cela se traduira par des économies pour les consommateurs. Cette stratégie vise à répercuter favorablement les baisses de coûts sur les produits finis.

publicité

Écris par Michel CHEMIN

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.