Mutuelles santé : Une augmentation record de 8,1% prévue pour les tarifs en 2024

Les tarifs des mutuelles augmentent de 7,3% à 9,9%, mettant les assurés dans une position délicate ! Notamment pour les salariés incapables de changer de mutuelle.

Mutuelles santé Une augmentation record de 8,1% prévue pour les tarifs en 2024

Les mutuelles de santé justifient la hausse en 2024 par les dépenses de santé croissantes et les réformes gouvernementales, soulignant les défis financiers du système de santé français.

publicité

Le choc des augmentations de tarifs

Récemment, le ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, a fait part d’une nouvelle qui a suscité des inquiétudes chez de nombreuses familles françaises. Il a annoncé que les prix des mutuelles, ces assurances qui aident les gens à payer leurs frais de santé, vont augmenter encore plus en 2024. En effet, seon le ministre, il y aura une hausse des mutuelles de santé pour 2024 ! Cette nouvelle a soulevé des questions sur la façon dont cela va affecter le budget des familles. Même si le ministre a demandé aux assurances santé d’être raisonnables dans leurs tarifs, celles-ci expliquent qu’elles n’ont pas d’autre choix. C’est à cause de deux choses  ! D’abord, les gens dépensent de plus en plus d’argent pour leur santé ! Et ensuite, le gouvernement est en train de changer certaines règles.

publicité

Les chiffres qui sont sortis sont vraiment inquiétants. Ils montrent que les prix vont augmenter de 8,1% ! Ce qui est le plus grand nombre jamais enregistré. Si on regarde les contrats que les gens ont, on voit que ceux qui ont des contrats individuels vont payer 7,3% de plus ! Tandis que ceux qui ont des contrats collectifs obligatoires vont payer 9,9% de plus ! Et ceux qui ont des contrats collectifs facultatifs vont payer 7,7% de plus. Ces chiffres sont basés sur une enquête qui a été faite auprès de 38 assurances santé qui couvrent 18,7 millions de personnes. Ces chiffres montrent à quel point c’est difficile pour les gens ! Surtout parce que beaucoup d’entre eux ont déjà commencé à payer leurs assurances. C’est une situation vraiment compliquée pour beaucoup de familles.

publicité

Le pouvoir limité du ministre et les obstacles pour les assurés

Malgré les préoccupations croissantes, le ministre de la Santé a admis son pouvoir limité pour influencer directement la hausse des prix des mutuelles complémentaires. Dans une interview sur franceinfo, il a conseillé aux Français de comparer les offres ! Et, si nécessaire, de changer de complémentaire santé. Cependant, cette recommandation est souvent difficile à suivre pour les salariés ! En particulier depuis la généralisation des complémentaires santé en entreprise en 2016.

publicité

Dans ce contexte, la mutuelle devient obligatoire par entreprise, laissant les salariés avec peu de marge de manœuvre pour choisir une option plus avantageuse. Cette contrainte est particulièrement ressentie dans les PME et TPE, où les contrats sont parfois moins avantageux que dans les grandes entreprises. Les assurés expriment leur frustration face à cette situation qui les rend vulnérables aux augmentations imposées.  Ainsi, la hausse des mutuelles de santé en 2024 est inévitable !

publicité

Les justifications des mutuelles et l’impact des réformes gouvernementales

En réaction aux critiques, les mutuelles soulignent que le ministre a lui-même reconnu la possibilité de hausses allant jusqu’à 7%. Éric Chenut, président de la Mutualité Française, explique que la médiane des hausses est proche de cette estimation ! Et ce, avec une hausse inférieure à 6,5% pour la moitié des contrats individuels. Cependant, ces arguments ne parviennent pas à dissimuler une réalité inquiétante ! La hausse moyenne de la facture sera sensiblement supérieure aux années précédentes.

publicité

Les mutuelles invoquent également l’impact des réformes gouvernementales ! En particulier la mise en œuvre du «100% santé» visant à réduire le reste à charge sur les lunettes, les couronnes dentaires et les prothèses auditives. Éric Chenut souligne que la réforme n’a pas encore atteint son plein effet, en particulier avec une augmentation notable des soins dentaires en 2023. De plus, la décision du gouvernement d’augmenter le ticket modérateur sur les soins dentaires exerce une pression supplémentaire sur les complémentaires. Donc, il faut se préparer à une hausse des mutuelles santé en 2024 !

publicité

Hausse des mutuelles de santé en 2204 :  La pression sur le système de santé et les appels à l’efficacité

La flambée des dépenses de santé, avec une progression de 6% en 2023 contre les prévisions de 3% à 4%, met en évidence les besoins croissants d’une population vieillissante. Les mutuelles rappellent qu’elles sont tenues par des règles prudentielles d’être à l’équilibre ! Et ce, contrairement à l’Assurance-Maladie qui peut faire un déficit. Malgré les charges supplémentaires, l’Assurance-Maladie prend en charge un nombre croissant de patients en affection longue durée (ALD), réduisant ainsi les coûts pour les complémentaires. De plus, le transfert dentaire étalé sur deux ans représente seulement 1,6% des dépenses couvertes par les organismes complémentaires. Cependant, la question de la soutenabilité se pose, avec un déficit prévu de l’Assurance maladie atteignant 11 milliards dès l’an prochain et 17 milliards en 2027.

publicité

Dans ce contexte tendu, les mutuelles, régulièrement critiquées pour leurs frais de gestion élevés, rappellent que leurs coûts de conquête et de fidélisation des assurés sont incompressibles. Alors que certaines entreprises envisagent de revoir leur panier de soins, les acteurs du système de santé réclament la mise en place d’une trajectoire pluriannuelle ! Et ce, pour assurer la stabilité et la lisibilité du système de santé français. La nécessité d’efficacité pour éviter les soins redondants ou inadéquats devient impérative ! Et ce, pour garantir la soutenabilité financière du système de santé. Voilà pourquoi la hausse des mutuelles de santé en 2024 fait beaucoup parler !

 

Écris par Pauline

Journaliste généraliste de Laplasturgie. Journaliste web, presse écrite et édition.
Formé comme monteur de télévision au Centre universitaire de formation au journalisme.