Pouvoir d’achat en baisse : Les salariés sont inquiets car leur rémunération ne suit pas

Face aux chocs économiques, l’institut Rexecode propose la mobilité professionnelle pour stimuler les salaires. Le débat s’intensifie avant une conférence sociale gouvernementale.

Pouvoir d’achat en baisse Les salariés sont inquiets car leur rémunération ne suit pas

Au-delà de l’inflation, la baisse de productivité menace le pouvoir d’achat. Les secteurs variés subissent des pertes, soulignant l’urgence de mesures efficaces pour soutenir les travailleurs. En effet, l’augmentation du salaire ne suffit pas pour battre l’inflation.

publicité

L’inflation et l’augmentation du salaire !

Dans un climat d’inflation persistante, de nombreuses entreprises ont accordé des augmentations salariales. Cependant, ces ajustements ne parviennent pas à compenser la perte globale de pouvoir d’achat. Et cela suscite des préoccupations majeures parmi les travailleurs. Alors que l’inflation, bien que décroissante, demeure à des niveaux élevés, la question de la rémunération se positionne en tête des priorités pour 77% des salariés ! Mais seulement pour 53% des dirigeants d’entreprise (Syndex, janvier 2024). L’inquiétude grandissante quant à l’impact sur le pouvoir d’achat conduit à des appels en faveur de mesures concrètes.

publicité

L’inflation, qui avait atteint un pic de 6,3% sur un an en février 2023, a légèrement ralenti en janvier à 3,1%, selon les données de l’Insee. Malgré cette baisse, la pression inflationniste persistante génère des préoccupations majeures. Le baromètre Syndex révèle que 77% des travailleurs considèrent la rémunération comme une priorité ! Et cela souligne ainsi les défis auxquels sont confrontés les salariés. Les entreprises, quant à elles, ne semblent pas accorder une importance équivalente à la question salariale. Et ce, avec seulement 53% des dirigeants la plaçant en tête de leurs préoccupations.

publicité

La mobilité professionnelle comme Levier pour stimuler les salaires

Face à cette situation, l’institut Rexecode propose des solutions pour soutenir le pouvoir d’achat des travailleurs. L’économiste Olivier Redoulès suggère que favoriser la mobilité professionnelle entre secteurs et entreprises pourrait être le levier principal pour dynamiser les salaires. Il affirme que cette dynamique de réaffectation des travailleurs vers les entreprises les plus productives constitue un moyen puissant d’accroître la productivité et, par conséquent, le pouvoir d’achat. Selon lui, l’intervention publique directe sur les salaires n’est pas nécessaire. Mais il recommande que les institutions publiques s’attaquent aux problèmes de mobilité géographique ! Notamment en améliorant l’offre de logements, de transports et de services aux familles. En tout cas, une chose est sûre, l’augmentation du salaire ne suffit pas pour combattre l’inflation.

publicité

La productivité en baisse: Une menace cachée pour le pouvoir d’achat

Bien que de nombreux emplois aient été créés, la productivité en France semble diminuer. Cette baisse est partiellement expliquée par l’embauche importante d’apprentis ! Représentant un tiers des 1,2 million d’emplois créés entre 2019 et 2022. Les incitations du gouvernement à l’apprentissage ont compliqué le calcul de la productivité. En effet, les apprentis sont comptabilisés à temps plein malgré leur formation. De plus, la création d’emplois dans des secteurs moins productifs, combinée au maintien de la main-d’œuvre dans des industries en déclin, a contribué à cette diminution de la productivité. Ces facteurs posent des défis économiques importants et soulignent la nécessité de trouver des solutions pour renforcer l’efficacité du travail en France. Effectivement, une solution est nécessaire puisque l’augmentation du salaire est insuffisante face à l’inflation.

publicité

L’inflation et l’augmentation du salaire : Un impact diversifié

La flambée des prix à la consommation a frappé durement le porte-monnaie des salariés. Et cela a entraîné une baisse moyenne de 2,5% du pouvoir d’achat du salaire moyen par tête dans le secteur privé entre 2019 et 2023. Certains secteurs, tels que l’immobilier, l’industrie agroalimentaire, l’eau et les déchets, ainsi que la construction, ont enregistré des pertes de pouvoir d’achat plus marquées. Alors que le salaire minimum est indexé sur l’inflation, d’autres catégories, notamment les cadres, ont subi des pertes de pouvoir d’achat plus importantes en raison de l’absence d’indexation depuis les années 80. En tout cas, l’augmentation du salaire ne suffit pas face à l’inflation.

publicité

D’ailleurs, la conjonction de la crise sanitaire, des tensions internationales, de la crise énergétique et de l’inflation a profondément impacté l’économie mondiale depuis 2020. Et ce, plaçant le pouvoir d’achat des travailleurs au cœur des préoccupations. La conférence sociale prévue par le gouvernement soulève des enjeux cruciaux pour l’avenir. Les propositions de l’institut Rexecode mettent en lumière l’importance de la mobilité professionnelle comme levier potentiel pour stimuler les salaires. En abordant également la baisse de la productivité, ces réflexions suggèrent des pistes pour relever les défis actuels. Ainsi que de garantir un avenir économique plus stable. La mobilisation sociale demeure un élément clé pour faire entendre les voix des travailleurs et influencer les décisions qui façonneront l’avenir du pouvoir d’achat en France.

publicité

 

publicité

Écris par Pauline

Journaliste généraliste de Laplasturgie. Journaliste web, presse écrite et édition.
Formé comme monteur de télévision au Centre universitaire de formation au journalisme.