Prêt in fine : Comment fonctionne ce nouveau crédit immobilier que le gouvernement veut lancer ?

Le ministre de la Transition écologique propose d’autres options de financement pour les prêts immobiliers en France. Il envisage notamment le « prêt in fine ».

Prêt in fine : Comment fonctionne ce nouveau crédit immobilier que le gouvernement veut lancer ?

En France, obtenir un prêt immobilier est souvent difficile. Il y a eu une légère amélioration en janvier. Toutefois, les prêts accordés restent encore en baisse. Ainsi, le ministre de la Transition écologique envisage de nouvelles solutions. Christophe Béchu veut notamment introduire les prêts « in fine » ou « hypothécaires ». Ces options sont déjà en place en Suisse. Elles pourraient stimuler le marché en France. Cela offre des alternatives de remboursement adaptées aux besoins des emprunteurs.

publicité

Le prêt in fine : Comment cela marche ?

Le marché du crédit immobilier souffre depuis un moment. Il s’est un peu amélioré en janvier. Mais, les niveaux records de 2021 et 2022 ne sont pas encore atteints. Le nombre de prêts accordés est encore très bas. L’observatoire CSA– Crédit Logement donne des chiffres. Il y a une baisse considérable de 39,2% si on compare. Face à ce défi, le gouvernement cherche à révolutionner le secteur. Il encourage de nouvelles formes d’emprunt, à l’image des prêts « in fine ».

publicité

Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique explique leur fonctionnement. Ces prêts « in fine » ou « hypothécaires » ne sont pas comme les prêts classiques. Ils permettent aux acheteurs de souscrire un crédit sur 80% du prix du bien. Pour les 20% restants, ils ne remboursent que les intérêts. Le capital ne sera remboursé qu’au moment de la revente. Elle offre des mensualités plus abordables. De plus, il est possible d’emprunter davantage pour des biens plus vastes.

publicité

Fonctionnement des prêts « In Fine »

Christophe Béchu détaille le fonctionnement des prêts « in fine ». Il souligne qu’ils autorisent l’achat d’un bien en souscrivant un crédit sur 20 à 25 ans. Les acheteurs remboursent 80% du prix au fil du temps. Les 20% restants demeurent sous forme d’hypothèque. Il faut régler les intérêts jusqu’à la revente.  Cette approche permet des mensualités plus légères et des emprunts plus importants.

publicité

Les prêts in fine sont encore peu répandus actuellement. Ils sont souvent réservés à une minorité de personnes. Les ménages qui disposent d’un patrimoine financier et immobilier conséquent. Les banques sont habituellement réticentes. Toutefois, le gouvernement pourrait les inciter à adopter ces nouvelles modalités de prêt. Cela permet de diversifier l’offre sur le marché immobilier. Des discussions sont prévues avec les acteurs du secteur bancaire fin février. Elles visent d’abord à explorer ces alternatives. Ensuite, établir des mécanismes incitatifs pour les institutions financières. Ces dispositifs restent à l’étude. Mais, ils pourraient représenter une évolution importante dans le paysage des prêts immobiliers en France.

publicité

Les avantages de ces formes de prêts

Les prêts « in fine » offrent des avantages notables aux emprunteurs. Le remboursement du capital se fait jusqu’à la revente. Donc, ils permettent des mensualités plus abordables. Cette approche peut être particulièrement attrayante. Notamment, pour les acquéreurs qui cherchent à maximiser leur capacité d’emprunt. De plus, elle offre la propriété du bien et du foncier dès le départ. Ces prêts sont actuellement peu communs. Cependant, l’introduction de cette option pourrait répondre aux besoins variés des futurs propriétaires. Elle favorise aussi une diversification du marché immobilier français.

publicité

L’adoption de ces formes de prêts peut impacter le secteur bancaire français. Les banques sont traditionnellement attachées aux prêts immobiliers classiques. Mais, elles devraient ajuster leurs stratégies pour intégrer ces nouveaux dispositifs. Il y aura des rencontres prévues en février. Elles se feront entre le gouvernement et les acteurs bancaires. Leurs discussions seront cruciales pour évaluer l’enthousiasme et la préparation du secteur à cette transition. Les incitatifs fiscaux et les mesures d’encouragement pourraient jouer un rôle clé. Ils vont permettre de promouvoir ces nouveaux types de prêts.

publicité

Éléments clés des nouveaux dispositifs

Les nouveaux dispositifs de prêts « in fine » et hypothécaires comportent des éléments clés. Tout d’abord, on peut emprunter sur 80% du prix du bien. Cela offre une flexibilité que les emprunteurs apprécient. Ensuite, le remboursement du capital jusqu’à la revente. Une option qui permet des mensualités initialement plus légères. Ces caractéristiques pourraient inciter les acheteurs à considérer ces alternatives. Ainsi, cela ouvre la voie à une transformation du paysage des prêts immobiliers en France.

publicité

Actuellement, les prêts « in fine » et hypothécaires sont rares. En effet, les banques sont encore réticentes. De plus, ces formules sont assez spécifiques. Pour surmonter ces obstacles, des campagnes de sensibilisation pourraient être nécessaires. Elles doivent se concentrer sur les avantages et le fonctionnement de ces prêts. Les acteurs du secteur immobilier, y compris les courtiers et les agents, pourraient jouer un rôle crucial. Ils devront éduquer les consommateurs et promouvoir ces nouvelles options. Le gouvernement, les banques et les professionnels de l’immobilier doivent collaborer. Le but est de surmonter les résistances actuelles. Et il faut aussi favoriser l’adoption de ces nouveaux dispositifs.

Écris par Michel CHEMIN

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.