Printemps 2024 : Attention, ne cueillez pas cette fleur au risque d’une grosse amende

Les Français apprécient fortement la jonquille. Elle se différencie par sa beauté et son parfum. Cependant, sa cueillette est réglementée.

Printemps 2024 : Attention, ne cueillez pas cette fleur au risque d'une grosse amende

La jonquille capte l’attention des amateurs de nature. Elle a un éclat jaune vif et un parfum doux. Les Français l’apprécient par ces caractéristiques. Cependant, cette fleur, bien que populaire, est également protégée. La cueillette de jonquilles sauvages peut vous valoir une amende. En effet, vous devez respecter une réglementation. Le but est de préserver cette espèce et sa population.

publicité

Cueillette de jonquille : Comment éviter une amende ?

Les Français apprécient la jonquille pour sa beauté et son parfum. Cette fleur symbolise le printemps. Elle éclot entre février et avril. Cette fleur a une couleur jaune vif et un doux parfum. Ces caractéristiques font d’elle une fleur très appréciable. De plus, elle ajoute une touche de beauté aux prairies et sous-bois. Mais, la jonquille est une espèce protégée. De ce fait, sa cueillette est réglementée pour protéger l’espèce. La cueillette sans autorisation peut entraîner de sévères amendes. Ces amendes peuvent atteindre 750 euros.

publicité

La cueillette de jonquilles sauvages est une activité très réglementée. Elle est étroitement encadrée par la loi. Cette réglementation existe afin de protéger ces fleurs. Il a été constaté que la population de ces fleurs diminue régulièrement. Vous êtes autorisé à cueillir « ce que votre main peut contenir ». Soit 10 à 15 tiges par personne. Un ramassage plus conséquent peut être sanctionné. L’amende est prévue par le code forestier. Il est formellement interdit d’arracher les bulbes. Ces derniers permettent à la fleur de repousser l’année suivante. Donc, vous devez seulement couper la tige, de manière délicate.

publicité

Les règles à suivre pour la cueillette de jonquille

Pour éviter une amende pour la cueillette de jonquilles, il y a des règles à respecter. Vous avez besoin d’une autorisation. Dans le cas contraire, tout ramassage est interdit. Vous pouvez cueillir d’autres fleurs. Mais, vérifiez qu’elles ne sont pas dans une espace protégée. En règle générale, il ne faut pas couper les fleurs trop peu nombreuses. Cela permet de ne pas nuire à la survie de leur espèce. En outre, la loi sanctionne la cueillette pour des fins commerciales. Vous pouvez être tenté de vous aventurer en forêt. Dans ce cas, soyez toujours vigilants et protégez-vous des tiques.

publicité

Les lois que vous devez connaître

La jonquille, bien que populaire pour sa beauté et son parfum, est une espèce protégée. La pression de cueillette peut rapidement nuire à cette espèce, en particulier lorsque les plantes sont arrachées complètement. L’Office Nationale des Forêts fait un rappel des réglementations. Tout le monde peut cueillir de la jonquille dans les forêts publiques. Cependant, le cas des forêts municipales est différent. Pour en savoir davantage, vous devez vous informer auprès de votre mairie. De plus, il ne faut pas retirer les bourgeons lorsque vous cueillez. Par ailleurs, il ne faut pas non plus cueillir les boutons de fleur.

publicité

La réglementation en Isère, par exemple, limite la cueillette de jonquilles à 15 brins par personne. Cette limite permet de protéger l’espèce. Chaque année, il y a toujours un rappel de cette règle. Mais, elle n’est pas toujours bien connue ou respectée.  Une récente infraction illustre cela. Un individu a été contrôlé avec 600 brins de jonquilles. Elle les a cueillis pour la vente. Ainsi, cette cueillette de jonquilles a valu une amende. 

publicité

L’importance de la protection de la biodiversité

La collaboration entre les acteurs de la protection de l’environnement est cruciale. Cela assure l’efficacité des contrôles. Par exemple, l’OFB, a récemment lancé l’application « Mon RDV nature« . Cette application facilitera la sensibilisation. Et elle inciterait les citoyens à protéger la biodiversité. Cette initiative vise à encourager chaque personne à adopter les bonnes pratiques en termes de cueillette responsables. Et elle contribue à la préservation des espèces protégées.

publicité

Au-delà de la jonquille, la pression de ramassage excessive peut fragiliser d’autres espèces. Ainsi, il est interdit de cueillir certaines espèces. C’est le cas de la nivéole de printemps et du lis orangé. Il y a une limite de cueillette pour d’autres, comme le narcisse des poètes, les génépis et la vulnéraire des Chartreux. L’’OFB prévoit des contrôles spécifiques et saisonniers. Ces mesures visent à permettre un partage équitable de la ressource. De plus, elles assurent la durabilité de ces fleurs remarquables.

publicité

La biodiversité est la source de vie et de richesse. De nombreuses activités humaines menacent cette biodiversité. Notamment la surexploitation des ressources et l’artificialisation des sols. Pour maintenir l’équilibre de l’écosystème, il faut préserver chaque espèce. Cela inclut des espèces comme la jonquille. C’est pour cela que la cueillette de jonquilles peut valoir une amende. Elle assure également la santé du milieu. On encourage donc les Français à adopter des pratiques de jardinage durables. Parmi les solutions proposées figurent : limiter les éclairages extérieurs, privilégier le paillage naturel et accueillir la faune dans les jardins. Ces solutions contribueront à la préservation de la biodiversité.

Écris par Laura Laura