Retraite : Ces nouveaux dispositifs mis en place pour lutter contre la fraude

Le gouvernement travaille dur pour stopper les tricheries liées à l’argent des personnes âgées. Il a mis en place des règles.

Retraite Ces nouveaux dispositifs mis en place pour lutter contre la fraude

Le gouvernement est actif dans sa lutte contre les fraudes fiscales. Il met en place un dispositif de lutte contre la fraude sur la retraite. Ces mesures visent à garantir que les retraités respectent les lois fiscales. Le gouvernement prend cette initiative pour assurer une répartition équitable des ressources.

publicité

La mise en place d’un dispositif de lutte contre la fraude à la retraite

Il s’est écoulé presque un an depuis le début du plan anti-fraude. Le Premier ministre a fait le point le 20 mars sur les progrès réalisés. Selon les informations gouvernementales, l’Assurance retraite a repéré près de 200 millions d’euros de fraude depuis le lancement du plan. Cela concerne la pension de base de plus de 15 millions de retraités. Cette somme représente une hausse constante. En effet, les montants détectés étaient passés de 95 à 153 millions d’euros. Les retraités touchés par ces fraudes peuvent être nombreux. De plus, il est essentiel de les protéger pour garantir qu’ils reçoivent leur argent de manière juste. Ainsi, le gouvernement met en place un dispositif de lutte contre la fraude à la retraite. Le but est que les fonds destinés aux retraités soient utilisés de manière appropriée.

publicité

Le dispositif de lutte contre la fraude à l’Assurance retraite n’est pas nouveau. Depuis de nombreuses années, l’organisme utilise divers outils pour cela. Par exemple, il vérifie les documents justificatifs pour calculer la pension. De plus, il demande aux retraités vivant à l’étranger de fournir chaque année un certificat d’existence. En effet, ce document prouve qu’ils sont bien en vie et éligibles à leur pension. Environ 1,2 million de retraités sont concernés par cette procédure. Une fois envoyé, le certificat est examiné attentivement par une autorité compétente. Cette démarche vise à garantir que seuls les véritables bénéficiaires perçoivent leur pension. Ainsi, cela permet d’éviter les fraudes qui pourraient survenir.

publicité

Lutte contre la fraude à la retraite : le fonctionnement du dispositif

Dans certains pays, le risque de fraude est plus élevé. C’est le cas en Algérie, où environ 350 000 retraités français perçoivent une pension. Dans ces situations, il peut être difficile de garantir que seuls les véritables bénéficiaires reçoivent leur pension. En effet, les autorités doivent trouver des moyens alternatifs pour vérifier l’existence des retraités. De plus, cela peut être complexe dans un contexte international. Cela peut impliquer des collaborations avec les autorités locales pour obtenir des informations fiables sur les bénéficiaires. En outre, il est essentiel de mettre en place un dispositif de lutte contre toute tentative de fraude à la retraite. Cela garantit que les fonds sont distribués de manière juste et équitable aux retraités légitimes.

publicité

Pour vérifier si les retraités sont toujours en vie, l’Assurance retraite a établi un partenariat avec une banque en Algérie. Si un retraité ne répond pas pendant six mois et réapparaît soudainement. En effet, il doit se rendre à la banque pour vérifier son identité. Ceux suspectés d’usurpation d’identité sont convoqués au consulat. De manière similaire, un dispositif de lutte contre la fraude à la retraite est mis en place par la caisse de retraite locale au Maroc. Ces mesures visent à s’assurer que seuls les bénéficiaires légitimes reçoivent leur pension. Elles facilitent également la collaboration entre les institutions françaises et étrangères pour garantir une gestion transparente des pensions de retraite. Ainsi, les autorités cherchent à protéger les droits des retraités tout en préservant l’intégrité du système de retraite.

publicité

Une décision radicale

En effet, un effort particulier a été porté sur le contrôle des personnes âgées de 100 ans et plus. En Algérie, une expérience a été lancée où 1 000 retraités de plus de 98 ans ont été convoqués. Selon les données de Bercy, 30% d’entre eux ne se sont pas présentés . Cela a entraîné la suspension de leur pension. Désormais, le gouvernement souhaite étendre ce contrôle aux personnes de plus de 85 ans d’ici 2027. Ces vérifications seront réalisées par des tiers de confiance. Ainsi, cette initiative vise à garantir que seules les personnes éligibles bénéficient de leur pension de retraite et à prévenir les cas de fraude.

publicité

La simplification de l’accès aux comptes bancaires

En pratique, cela signifie appeler le retraité à se présenter en personne à un guichet pour vérifier ses papiers d’identité. Si le retraité ne vient pas ou si ses papiers ne sont pas bons, on arrête de lui donner sa pension. On vérifie aussi qu’on donne la pension au bon retraité. D’ici fin juin, l’Assurance retraite pourra regarder dans le Fichier des comptes bancaires français (Ficoba). Ce fichier dit où sont tous les comptes bancaires ouverts en France. En ouvrant ce fichier, l’Assurance retraite pourra voir en direct les infos administratives. Ainsi, cela permet d’assurer que les coordonnées bancaires données par les retraités pour leur pension sont bonnes.

publicité

Écris par Isabelle POTEL

Passionnée par la lecture et l'écriture, j'ai décidé de faire de la rédaction Web depuis 5ans. Je suis les grandes célébrités régulièrement et je suis toujours au courant des derniers potins ! J'ai un penchant pour le cinéma et la gastronomie .