Retraite : comment est calculée votre pension de base ?

Comment est calculée la retraite au régime général ? Tout simplement, en se basant sur vos 25 meilleures années de salaire de votre carrière.

Retraite  comment est calculée votre pension de base 

Le saviez-vous, le calcul du montant de votre pension de retraite de base au régime général prend en compte vos 25 meilleures années de salaire de votre carrière et votre durée d’assurance.

publicité

Tout savoir sur le calcul du montant de la pension de retraite de base

Si vous êtes affilié au régime général, le calcul de votre pension de retraite de base suit une formule qui prend en compte trois éléments. À savoir :

publicité
  • revenus d’activité
  • nombre de trimestres
  • âge de départ

Avec le monde du métier qui ne cesse d’évoluer, notre carrière professionnelle progresse au fil du temps. Ainsi, il n’est pas rare qu’une personne ait été affilée et cotisée à plusieurs régimes de retraite différents. Agirc-Arrco, Ircantec, Ircec, et bien d’autres encore. Quoi qu’il en soit, vous n’aurez pas échappé à la cotisation au régime de base de la sécurité sociale. Dans ce sens, le calcul de votre pension de retraite de base sera effectué selon la formule suivante : SAM x T x d/D. Comment fonctionne cette formule ? Et comment estimer le montant de votre retraite de base ?

publicité

À noter que :

publicité
  • « SAM » indique le salaire annuel moyen
  • « T » représente le taux applicable au SAM
  • « d » est la durée d’assurance
  • « D » est la durée de référence.

Déterminer le salaire annuel moyen

Pour déterminer le montant de votre retraite de base dans le régime général, il y a une première chose à faire. Celle de déterminer votre « Salaire annuel moyen » ou SAM. Depuis la réforme Balladur de 1993, le calcul de celui-ci s’effectue via vos 25 meilleures années de revenu d’activité.

publicité

Autrement dit, votre SAM correspond à la moyenne de vos salaires annuels pendant votre période professionnelle, en prenant les 25 meilleures années de votre carrière. Vous l’aurez compris, là, il ne s’agit pas forcément les 25 dernières années avant votre départ à la retraite. Certaines sont exclues par l’assurance retraite, comme lorsque :

publicité
  • le revenu est insuffisant pour valider un trimestre
  • conduit à des rachats de trimestres
  • l’année de votre point de départ à la retraite.

Contrairement à ce que l’on pense, le salaire de l’année de départ n’est pas pris en compte. Ainsi, si vous comptez sur votre dernière année pour optimiser votre salaire annuel moyen, grossière erreur. En effet, il vous faudra patienter jusqu’au début de l’année civile suivante pour demander le versement de votre retraite. Pour cause ? Ce n’est qu’à ce moment que le salaire l’année précédente sera considéré.

publicité

Attention, seuls vos salaires proprement dits sont pris en compte. Les revenus de remplacement que vous avez perçus ne sont considérés dans le cas. Comme l’allocation chômage ou les indemnités journalières de sécurité sociale.

publicité

Gare au plafond !

Cependant, le SAM dispose d’un plafond à respecter en fonction de l’année du départ à la retraite. En 2023, il est limité à 43 992 euros. Eh oui, si vous avez gagné davantage, votre salaire ne sera retenu que dans la limite de ce plafond.

Vous vous demandez ce qu’il en est de l’évolution du coût de la vie et de la progression des rémunérations ? Généralement, vos salaires pris en compte dans le calcul sont revalorisés via des grilles de coefficients.

Prenons en exemple le cas d’un salaire de 29 712 euros en 2004. Celui-ci correspondait au salaire annuel plafonné à l’époque. Ainsi, pour obtenir un montant de 37 615,39 euros en 2023, un coefficient de 1 266 est exercé.

Taux de liquidation

Maintenant que vous connaissez votre Salaire annuel moyen, il faut le multiplier par le « taux de liquidation ». Pour un taux plein, celui-ci ne peut pas excéder 50 % de votre SAM et inférieurs à 37,50 % pour un taux minoré.

Ce fameux taux dépend de trois paramètres, votre :

  • Age
  • Situation
  • Durée d’assurance.

Par ailleurs, si vous décidez de partir à la retraite à 67 ans, vous bénéficier du taux plein. Il en est de même si vous atteignez l’âge légal de départ. Cependant, il faut avoir le nombre total de trimestres nécessaires.

Évidemment, il existe un cas spécifique pour bénéficier du taux plein, comme une situation de handicap.

Dans le cas contraire, un taux réduit est appliqué par l’assurance retraite. Celui-ci dépend également de deux paramètres précis, votre :

  • Age
  • Durée d’assurance à la date de départ choisie

Par exemple, pour une personne née après 1952 avec 12 trimestres non cotisés, le taux réduit est de 42,5 %.

Comment calculer la durée ?

Passons à la durée d’assurance « d » dans la formule. Celle-ci se traduit en trimestres. Concrètement, il est possible de valider 4 trimestres par année civile. Le nombre de trimestres obtenu varie en fonction du nombre d’années d’activité que vous cumulez.

Enfin, la durée de référence « D » en question correspond à la durée nécessaire pour bénéficier d’une retraite à taux plein selon votre année de naissance.

Quelle est la situation si on ne dispose pas du nombre de trimestres requis pour une retraite à taux plein ? Dans ce cas, vous toucherez une retraite à montant réduit. Ce, bien que vous bénéficiiez d’un taux plein.

Prenons par exemple une personne née en 1962 avec un salaire annuel moyen de 35 000 euros.

1er cas de figure : elle part en retraite à 62 ans et 6 mois selon la loi. Ainsi, le calcul de sa pension de retraite de base sera : 35 000 x 50 % x 169/169. Soit, 17 500 euros par an.

2e cas de figure : elle n’a cotisé que 153 trimestres, soit 16 trimestres manquante. Alors, sa pension de base sera calculée par 35 000 x 40 % x 153/169 = 12 674 euros par an.

Écris par Pauline

Journaliste généraliste de Laplasturgie. Journaliste web, presse écrite et édition.
Formé comme monteur de télévision au Centre universitaire de formation au journalisme.