Retraite complémentaire Agirc-Arrco : une augmentation des petites pensions prévue pour bientôt ?

Le patronat et les syndicats se sont réunis ce mardi 28 novembre 2023 et ont discuté d’un seul sujet. Il s’agit de la revalorisation des petites pensions.

Retraite complémentaire Agirc-Arrco : une augmentation des petites pensions prévue pour bientôt ?

Serait-il possible que les partenaires sociaux vont revaloriser les petites pensions prochainement ? Ils se sont réunis il y a peu.

publicité

Revaloriser les petites pensions : un sujet dont discutent les partenaires sociaux

Alors qu’ils se sont déjà réunis pendant plusieurs jours, pour discuter des retraites complémentaires, patronat et syndicats se sont une nouvelle fois réunis récemment.

publicité

Rappelons que durant leurs premières négociations, plusieurs sujets ont été évoqués par les partenaires sociaux. Parmi eux, il y a donc la suppression du malus ainsi que la revalorisation des pensions

publicité

Ce mardi, il se sont retrouvés pour parler d’un seul sujet. Il s’agit de la revalorisation des petites pensions. Pour rappel, un engagement conclu durant le dernier accord national interprofessionnel (ANI) stipule que le patronat et les syndicats devraient s’accorder pour trouver une solution afin d’augmenter les pensions de retraites les plus bas. Et ce, avant même que le premier semestre de 2024 ne prenne fin.

publicité

Le gouvernement a notamment posé un ultimatum aux partenaires sociaux. Celui-ci menace d’une ponction directe dans le régime l’Agirc-Arrco, car ce dernier est aussi touché par les effets de la réforme.

publicité

Dans le cas où aucune solution n’a été trouvée pour reverser une partie de ces sommes en juin 2024, le gouvernement va donc procéder à cette ponction.

publicité

Revaloriser les petites pensions : une réunion en signe de réflexion sur la question

Bien évidemment, les partenaires sociaux ne sont pas restés sans rien faire face à la menace de l’État. C’est notamment dans ce contexte qu’ils se sont réunis ce mardi 28 novembre. Pour prouver qu’ils sont toujours au pouvoir.

publicité

« Cette réunion est le signe que nous nous mettons tout de suite réfléchir à cette question », a déclaré Pascale Coton de la CFTC.

publicité

Outre cette réunion qui s’est déroulée récemment, d’autres auront également lieu dans les prochains jours, à savoir en début d’année. Le but est que ces mesures soient appliquées dès l’été prochain.

Pascale Coton révèle que les autorités vont « demander aux services de l’Agirc-Arrco » de faire précision sur le nombre de retraités bénéficiant moins de 85% du SMIC. De même, ils veulent aussi savoir « combien le fait de relever leurs pensions pourrait coûter ».

Les pistes que les partenaires sociaux vont discuter

Durant ces négociations à venir, le patronat et les syndicats vont évoquer plusieurs pistes. L’un d’eux concerne donc l’attribution des points. Il se peut que ces points soient distribués gratuitement pour tous les retraités se retrouvant avec des pensions modestes. Cela va donc les aider à toucher une meilleure pension. Dans ce cas, il ne reste plus qu’à fixer le nombre de points accordés.

Il y aura de ce fait plusieurs paramètres sur lesquels on doit étudier.

« Il faut que nous réfléchissons à des solutions pour ceux qui sont en même temps partiel, pour les périodes de stage non indemnisées, pour les années d’étude. Nous voulons un système qui soit plus juste », a déclaré Denis Gravouil de la CGT.

La possibilité de participer au relèvement du Mico

Effectivement, il se peut qu’on puisse participer au relèvement du minimum contributif (Mico) prochainement. Ce mécanisme permet d’augmenter les plus petites pensions.

Dans le cadre de la réforme des retraites, on a évoqué que cette hausse pourrait atteindre jusqu’à 100 euros par mois. Néanmoins, cela ne concerne que la pension de base jusqu’à présent.

Ainsi, face à cela, Agirc-Arrco pourrait appliquer aussi la même mesure. C’est en tout cas ce qu’a révélé Michel Beaugas de Force ouvrière.

« Nous pouvons faire l’effort de participer au relèvement du Mico, mais uniquement pour les salariés du privé », a-t-il dit.

Pour cela, il est important de connaître le pourcentage à prendre en charge, selon ses dires.

Afin de mieux comprendre cette « double participation » de la retraite de base ainsi que la complémentaire, prenons un exemple précis. Supposons qu’un retraité du secteur privé bénéficie de 1 000 euros de pension et dispose en moyenne de 20% de retraite complémentaire, ce qui représente 200 euros.

Dans le cas où on veut atteindre une retraite de 1 200 euros par mois, alors la retraite de base et la complémentaire qui se chargeront de partager les 200 euros complémentaires.

De ce fait, la hausse de 160 euros sera financée par le régime de base et le reste, c’est l’Agirc-Arrco qui s’en occupe. Et « si un tel calcul est retenu, la dépense pour Agirc-Arrco serait comprise entre 350 et 420 millions d’euros par an, selon Eric Chevée de la Confédération des petites et moyennes entreprises.

Écris par Isabelle POTEL

Passionnée par la lecture et l'écriture, j'ai décidé de faire de la rédaction Web depuis 5ans. Je suis les grandes célébrités régulièrement et je suis toujours au courant des derniers potins ! J'ai un penchant pour le cinéma et la gastronomie .