Retraite : mauvaise nouvelle, le barème des cotisations va augmenter en 2024 !

Pour cette année 2024, les autorités ont décidé de revaloriser le barème de cotisations sociales. Une mauvaise nouvelle pour certains retraités.

Retraite : mauvaise nouvelle, le barème des cotisations va augmenter en 2024 !

Le barème des cotisations sociales va augmenter en 2024. Voici tout ce qui va changer suite à cette revalorisation.

publicité

Un barème des cotisations sociales qui va augmenter de 5,3% pour 2024

Tous les ans, le barème des cotisations sociales fait l’objet d’une réévaluation de la part des autorités. Et cela est effectué, selon le niveau général de consommation. Bien évidemment, l’année 2024 n’a pas fait exception à cette règle.

publicité

Cette fois-ci, il s’élève à 5,3% d’après les informations de Boursorama. Ce changement concerne notamment la CSG, la CRDS ainsi que la CASA. La mesure a pris effet depuis le 1er janvier dernier.

publicité

Seulement, il convient de mentionner que cette revalorisation du barème de cotisations sociales n’a pas de conséquence sur le taux de prélèvement. Celui-ci reste le même que l’année dernière, du moins pour le moment.

publicité

Ainsi, en fonction de votre tranche de revenus, le taux pour la CSG s’élève à 0%, 3,8%, 6,6% et 8,3%. Pour ce qui est de la CRDS, le taux sera à 0,5% et celui du CASA à 0,3%.

publicité

Par conséquent, le prélèvement ne s’applique pour un célibataire à la retraite que si le RFR est plus de 12 230 euros. Le seuil, en revanche, s’élève à 18 760 euros pour les couples.

publicité

Les chiffres à retenir

Sachez que le célibataire à la retraite qui dispose d’un revenu entre 12 231 et 15 988 euros, est soumis au taux minimum de CSG et de CRDS. Toutefois, il ne paie pas la CASA. La même mesure s’applique pour un couple ayant perçu entre 18 761 et 24 525 euros.

publicité

En revanche, si la personne est célibataire et qu’il perçoit entre 15 898 euros et 24 812 euros, dans ce cas, on prend en compte le taux médian dans le prélèvement. Un taux qui reste normal s’il est inférieur à tous ces montants.

publicité

Le fait que le barème des cotisations sociales va augmenter en 2024 n’est pas sans conséquences. Cela peut chambouler le montant dont on est redevable, puisqu’il se pourrait qu’on change de tranche. 

Les personnes concernées peuvent bénéficier d’un taux minimum, moyen ou normal, en fonction du fait que les revenus aient ou non augmenté ou soient restés les mêmes.

Et dans le cas où le RFR est en dessous du barème, une exonération peut être appliquée. Pour un célibataire, cela s’élève à 12 230 euros et pour les couples à 18 760 euros.

Le barème de cotisations sociales va augmenter en 2024 : qui peut bénéficier d’une exonération d’impôts ?

En général, pour le cas des retraités, seuls ceux qui disposent d’une pension en dessous du seuil d’imposition sont exonérés d’impôts. Mais sachez qu’on peut aussi bénéficier de cet avantage, dans d’autres cas.

Par exemple, un retraité percevant des pensions de victimes de guerres n’aura pas à régler ses impôts. De même, ceux qui disposent d’une pension d’invalidité et les anciens combattants font aussi partie des personnes bénéficiant d’une exonération d’impôts.

Sachez que les veufs, veuves ainsi que les orphelins font également partie de cette catégorie. Aussi, si vous percevez une pension de veuve ou veuf ainsi qu’une pension temporaire, vous pourrez être exonérés d’impôts. Enfin, ceux étant éligibles à l’ASPA font également partie de ce cas.

Les cotisations sociales que les employeurs ne peuvent pas prendre en charge

Vous l’aurez donc compris, les personnes étant à la retraite sont, elles aussi, soumises à des prélèvements de cotisations sociales. Et cela se fait à la source, sur le montant de la pension du retraité. Notons que les anciens employeurs peuvent prendre en charge certaines cotisations.

Mais dans certains cas, cela est impossible. Ainsi, les Citons la contribution sociale généralisée (CSG), la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) et la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA) ne peuvent pas être pris en charge par l’ex-employeur du retraité.

Autrement dit, c’est l’individu lui-même qui règle ces trois cotisations, mais sous certaines conditions de salaire. Il est aussi important de savoir que le montant à déduire de la pension dépend du revenu de référence fiscal de l’année 2022 (RFR). Vous pouvez le voir sur votre avis d’imposition 2023.

Et ce n’est pas tout puisque le nombre de personnes est également pris en compte pour procéder au calcul du montant à déduire. 

Il est nécessaire de connaître tous ces détails afin de ne pas se tromper. Les retraités ne doivent pas non plus négliger le fait que le barème des cotisations sociales va changer. Cela pourrait modifier la tranche.

Écris par Pauline

Journaliste généraliste de Laplasturgie. Journaliste web, presse écrite et édition.
Formé comme monteur de télévision au Centre universitaire de formation au journalisme.