Retraite Progressive : Votre employeur peut-il s’y opposer?

La retraite progressive offre une transition flexible vers la retraite, adaptée à vos besoins et à votre situation professionnelle.

Retraite Progressive Votre employeur peut-il s’y opposer

Vous vous approchez de la retraite ? La retraite progressive pourrait être la solution idéale pour ralentir progressivement votre activité. Et ce, tout en touchant une partie de votre pension. Cependant, certains employeurs veulent s’opposer à la retraite progressive !  

La retraite progressive : les employeurs veulent s’opposer

La retraite progressive est une option conçue pour ceux qui souhaitent ralentir leur activité professionnelle tout en se rapprochant de la retraite. Ce dispositif vous offre la possibilité de diminuer vos heures de travail ! Et ce, tout en commençant à toucher une partie de votre pension de retraite. Avant, les employeurs étaient plus réticents à l’idée de permettre à leurs salariés de choisir cette voie. En effet, ces employeurs veulent s’opposer à la retraite progressive. Mais grâce à des changements récents, il est maintenant plus difficile pour un employeur de refuser une demande de retraite progressive.

Conditions et âge d’éligibilité

Pour bénéficier de la retraite progressive, vous devez faire votre demande deux ans avant d’atteindre l’âge légal de départ à la retraite. Autrefois fixé à 62 ans, l’âge légal a été repoussé à 64 ans. Cela signifie que l’accès à la retraite progressive débutera désormais à 62 ans pour ceux nés en 1968 ou après. Que vous soyez salarié, fonctionnaire, contractuel ou travailleur non salarié, vous devez avoir accumulé au moins 150 trimestres pour être éligible. De plus, si vous êtes salarié, votre temps de travail doit être compris entre 40% et 80% d’un temps plein. Pour les fonctionnaires, cette plage est légèrement plus large, allant de 50% à 90% d’un temps plein.

Retraite progressive: L’employeur peut-il s’opposer?

Avant de pouvoir passer à la retraite progressive, vous devez obtenir l’accord de votre employeur pour un temps partiel. Bien que l’employeur ne puisse pas refuser une demande de retraite progressive, il peut s’opposer à une réduction de votre temps de travail. Une des nouveautés introduites par la réforme des retraites est que l’employeur doit maintenant donner des raisons valables pour refuser une réduction du temps de travail. 

Lorsque vous demandez à passer à temps partiel, l’employeur a un délai de deux mois pour répondre à votre demande. Si vous n’avez pas de réponse dans ce laps de temps, cela signifie que votre demande est acceptée. Et si l’employeur ne peut pas justifier son refus de manière convaincante, vous avez le droit de passer à temps partiel, comme l’a souligné Philippe Bainville.

Avantages et considérations financières

Opter pour la retraite progressive peut avoir plusieurs avantages. Premièrement, cela vous permet une transition plus douce vers la retraite. Et cela vous donne le temps de vous adapter progressivement à un rythme de vie moins intense. Deuxièmement, cela vous offre la possibilité de maintenir un revenu ! Et ce, tout en commençant à toucher une partie de votre pension de retraite. 

Cependant, il est important de considérer les implications financières. En réduisant votre temps de travail, votre salaire sera également réduit. De plus, la partie de la pension de retraite que vous commencez à percevoir sera généralement moins élevée que si vous attendiez l’âge légal de la retraite pour prendre votre retraite complète. Il est donc essentiel de bien planifier votre transition financière et de consulter un conseiller financier si nécessaire. De toute façon, l’employeur ne peut pas s’opposer à la retraite progressive.

 

Écris par Laura Laura