Transparence des salaires en France : que cache cette directive qui devrait être adoptée d’ici 2026 ?

Avec cette nouvelle directive, la transparence des salaires est en phase d’être dans les mœurs des Français. 

Transparence des salaires en France : que cache cette directive qui devrait être adoptée d’ici 2026 ?

La transparence des salaires est encore un très grand tabou pour les Français. Mais grâce à cette nouvelle directive, cela est en phase de changer d’ici 2026. 

publicité

Transparence des salaires en France : Une histoire ancienne ? 

L’importance de la transparence des salaires devient de plus en plus évidente. Elle est désormais un critère crucial pour de nombreuses sociétés lorsqu’elles cherchent à embaucher de nouveaux talents. Parler ouvertement des rémunérations reste un sujet délicat en France, mais on observe un changement progressif. De plus en plus, cette question s’invite dans les discussions publiques et gagne en importance chaque année. La découverte d’écarts significatifs de salaire entre employés peut susciter des sentiments de frustration. Une directive européenne, visant à rendre les salaires plus transparents, a été introduite en toute discrétion durant l’été 2023. La France doit intégrer cette directive dans son droit national avant le 7 juin 2026. Cette mesure promet d’encourager une plus grande égalité salariale au sein des entreprises.

publicité

Il est intéressant de noter qu’une décision récente de la Cour de cassation a refusé d’accepter les plaintes d’un employé. Cet employé remarquait que, depuis son arrivée dans l’entreprise il y a quinze ans, ses collègues avaient bénéficié d’une progression de carrière nettement plus favorable. Cette situation illustre bien les défis rencontrés dans la quête d’une plus grande transparence et équité au travail.

publicité

Y a-t-il des risques et des freins à la mise en place de cette nouvelle directive ? 

La transparence salariale apporte de nombreux avantages. Elle aide à réduire les inégalités et rend le recrutement plus efficace. Lorsqu’une entreprise partage les informations sur les salaires, cela encourage davantage de personnes à postuler. Une étude réalisée par Hellowork révèle qu’un tiers des candidats hésitent à postuler à une offre d’emploi si le salaire n’est pas clairement indiqué. Cependant, mettre en place cette transparence n’est pas sans obstacles. Les responsables des ressources humaines et les managers rencontrent des difficultés. Selon une enquête de WTW, seulement un peu plus de la moitié des managers se sentent préparés à expliquer les principes de rémunération et d’équité salariale. La peur des réactions négatives de la part des employés et des politiques de salaire inadaptées sont les principaux obstacles. 

publicité

De plus, environ deux tiers des entreprises s’attendent à davantage de questions de la part des employés et des managers lorsqu’elles partagent les informations sur les salaires. Pourtant, seulement la moitié confirme cette augmentation des questions. D’autres défis incluent la disponibilité et la qualité des données sur les salaires, les réactions du Comité Social et Économique, et l’absence de structures claires pour les postes. La confidentialité des salaires demeure un sujet délicat, et changer cette norme est un grand défi. En outre, adopter une politique de transparence salariale peut compliquer le travail des ressources humaines et perturber la culture d’entreprise, menant parfois à des désaccords ou des démissions.

publicité

La transparence des salaires en France est en marche

Face à des doutes persistants, les entreprises françaises avancent lentement mais sûrement vers une transparence des salaires. À travers le monde, presque la moitié des compagnies partagent ouvertement des informations sur la façon dont elles déterminent les rémunérations. Parmi elles, un tiers envisage de rejoindre ce mouvement de transparence. En France, deux entreprises sur cinq dévoilent déjà leurs stratégies salariales à leurs employés. Elles s’assurent d’ajuster leur communication pour qu’elle soit en harmonie avec les spécificités locales. Une majorité d’entreprises qui ne partagent pas encore ces informations songent sérieusement à le faire prochainement. Spécifiquement, en France, six entreprises sur dix partagent ou projettent de partager des informations concernant les différences de salaire entre les hommes et les femmes.

publicité

Lorsqu’on parle de l’initiative de l’Union européenne pour une transparence salariale complète, presque la moitié des entreprises françaises se préparent à adopter les recommandations européennes. Cependant, à peine 4% se dit prête à communiquer les échelles salariales aux candidats à l’embauche.

publicité

La directive européenne va se mettre en place d’ici 2026

Le 24 avril, le Conseil a adopté une directive sur la transparence des salaires. D’ici juin 2026, chaque État membre est tenu d’intégrer cette directive dans sa propre législation. Cette mesure vise principalement à garantir que toute personne postulant pour un emploi soit informée dès le départ du salaire proposé ou de l’intervalle de salaire envisagé. La directive souligne la définition de la rémunération, englobant tout avantage supplémentaire. Elle établit fermement le droit à la transparence salariale avant l’embauche. De plus, elle prévoit une compensation pour les employés ayant subi une discrimination salariale. Elle impose également des pénalités aux employeurs qui ne se conforment pas à ces exigences.

publicité

Écris par Michel CHEMIN

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2018 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, le sport et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.