Cette femme ne pouvait pas parler et pensait que c’était à cause de sa migraine, elle fait finalement un AVC !

Du jour au lendemain, une femme ne pouvait plus parler normalement. Elle pensait que c’était à cause de sa migraine, mais en réalité, elle faisait un AVC. Aujourd’hui, tout cela est derrière elle. Découvrez son histoire.

Scènes de ménages : Mauvaise nouvelle pour Léo et Leslie, le couple pourrait-il se séparer ?

Elle pensait que sa migraine l’empêchait de parler. Finalement, il s’agissait d’un AVC. Zoom sur l’histoire de cette jeune femme.

publicité

Elle pensait que sa migraine l’empêchait de parler, c’était un AVC !

C’est l’histoire de Deborah Martinez, une jeune femme de 36 ans qui a failli perdre la vie à cause d’une attaque vasculaire cardiaque. C’est auprès de TODAY qu’elle a raconté ce qui lui est arrivé. Tout a commencé dans son bureau, il y a quelques années.

publicité

Elle avait le « discours brouillé » et pensait que sa migraine l’empêchait de parler. Finalement, il s’agissait d’un AVC et sa collègue, présente à ses côtés le jour du drame, l’a vite compris.

publicité

Ainsi, cette amie a vite réagi face au mal-être de Deborah Martinez. Elle a appelé le 911 pour signaler ce qui est arrivé à la jeune femme. En revanche, Deborah n’était toujours pas consciente du fait que sa vie pourrait être en danger. Elle continuait à penser que sa migraine l’empêchait de parler et n’imaginait pas une seconde que c’était un AVC.

publicité

Pour cause, comme elle l’avait raconté, elle avait souvent mal à la tête. Ainsi, Deborah pensait que c’était une simple migraine et que cela passerait.

publicité

Comment va-t-elle maintenant ?

Suite à ce qui s’était passé, les ambulanciers sont finalement arrivés sur le lieu de travail de Deborah Martinez. Cette dernière devait subir une opération afin de retirer le caillot par une chirurgie mini-invasive.

publicité

À ce moment-là, d’après la jeune femme, elle ne savait toujours pas qu’elle faisait une attaque vasculaire cérébrale. Elle continuait à penser que sa migraine l’empêchait de parler, et non l’AVC. Elle ne l’a compris que lorsqu’elle se « remet aux soins intensifs ».

publicité

Jusqu’à présent, Deborah ne sait toujours pas ce qui a pu déclencher l’AVC chez elle. Après l’opération, elle avait des difficultés à se « tenir debout et à marcher ». Elle a donc dû suivre une physiothérapie et une ergothérapie pour récupérer. Et aujourd’hui, la jeune femme se porte très bien.

publicité

Cinq ans plus tard, Deborah Martinez mène une vie normale et saine.

« Je vais très bien et je suis reconnaissante », a-t-elle déclaré.

Si avant son AVC, elle avait l’habitude de faire des exercices, Deborah ne manque plus aucun jour désormais. Elle remercie aussi sa collègue qui l’avait aidé ce jour-là.

« C’est grâce à elle que je suis ici aujourd’hui », a-t-elle dit.

Écris par Inès Denne