Vers l’adoption d’une loi en France pour sanctionner les marques à bas prix comme Shein et AliExpress ?

Christine
7 Min Read

Le succès grandissant de la fast fashion en France soulève des questions sur son impact économique et environnemental ! Et ce, avec des conséquences telles que la perte d’emplois dans l’industrie textile locale et une importation massive de vêtements bon marché qui nuit à l’environnement. Donc, une loi pourrait être adoptée pour pénaliser la fast fashion.

publicité

La fast fashion menace l’économie française

La fast fashion, un phénomène mondial, connaît un succès retentissant en France. De plus en plus de marques étrangères proposent des vêtements à des tarifs très bas ! Ce qui attire de nombreux consommateurs. Cependant, cette expansion de la mode à petit prix pose une menace sérieuse pour l’économie nationale et provoque la colère des producteurs locaux. Lors d’une interview accordée à France Info le 13 février, Julia Faure, coprésidente d’Impact France et fondatrice de la marque Loom, a exprimé son inquiétude face à la fast fashion. En effet, elle souligne que les enseignes étrangères qui proposent des vêtements à des prix réduits ne sont pas bénéfiques pour l’économie française. Au contraire, cela pousse les Français à la surconsommation et engendre de nombreux problèmes sous-jacents. Selon elle, le développement du low-cost appauvrit non seulement les individus, mais aussi le pays tout entier.

publicité

De manière plus inquiétante, Julia Faure souligne que la France a perdu près de 3 000 emplois depuis les années 2000 à cause de la fast fashion. Depuis les années 1970, plus de 30 000 emplois ont disparu dans le secteur du commerce, ce qui accentue le déficit commercial du pays. D’ailleurs, le secteur textile, en particulier, enregistre un déficit commercial de 12 milliards d’euros ! Ce qui signifie que la France s’endette pour acheter ces vêtements bon marché. Voilà pourquoi une loi va être adoptée pour pénaliser la fast fashion.

publicité

Les conséquences environnementales de la fast fashion

Outre les problèmes économiques, l’industrie de la mode à petit prix a également un impact considérable sur l’environnement. En effet, les vêtements produits à bas prix utilisent souvent des textiles synthétiques ! Ce qui rend leur fabrication très polluante. De plus, le nombre de vêtements vendus dans le monde a doublé depuis les années 2000 en raison des prix bas. Cette importation massive de vêtements bon marché représente donc un gouffre financier pour la France, comme l’explique la fondatrice de la marque Loom. Le secteur textile enregistre un déficit commercial de 12 milliards d’euros, ce qui signifie que le pays s’endette pour acheter ces vêtements importés. En tout cas, une loi va être instaurée pour pénaliser la fast fashion.

publicité

Fast fashion :  Une proposition de loi pour réguler la vente de vêtements bon marché

Face à cette situation préoccupante, le député républicain Adrien Vermorel-Marques a récemment soumis une proposition de loi visant à réguler la vente de vêtements bon marché. Une loi visant à pénaliser la fast fashion. Il propose la mise en place d’un système de bonus-malus sur la vente de ces vêtements. Concrètement, il souhaite pénaliser les producteurs de vêtements à bas prix en appliquant une taxe de 5 euros par vêtement. Dans une interview accordée à France Info, le député explique son objectif : rendre le « made in France » moins cher que le « made in China ». L’entreprise chinoise Shein est particulièrement visée par cette mesure, car elle est accusée de concurrence déloyale par les producteurs locaux. Julia Faure, fondatrice de la marque Loom, s’indigne du fait que des marques produisant en France ou au Portugal paient le même tarif par vêtement que des marques produisant à l’autre bout du monde.

publicité

Si cette proposition de loi est adoptée, les taxes sur les vêtements produits en France seront réduites. Tandis que celles sur les vêtements fabriqués à l’étranger, comme en Chine ou au Vietnam, augmenteront.

publicité

Loi pour pénaliser la fast fashion : Vers une régulation en France

La proposition de loi du député Adrien Vermorel-Marques est une première étape dans la régulation de la fast fashion en France. Une loi qui pourrait pénaliser la fast fashion. En mettant en place un système de bonus-malus, il souhaite favoriser la production locale et réduire le déficit commercial du secteur textile. Cependant, cette régulation ne résoudra pas tous les problèmes liés à la fast fashion. Il est également essentiel que les consommateurs prennent conscience des conséquences de leurs achats. Et aussi adoptent une approche plus responsable de la mode. Encourager la fast fashion est très populaire dans le monde entier. Et la France n’échappe pas à cette tendance. De plus en plus de marques étrangères proposent des vêtements à des prix très bas, ce qui attire de nombreux consommateurs. 

publicité

Cependant, cette expansion de la mode à petit prix pose un sérieux problème pour l’économie française et provoque la colère des producteurs locaux. Julia Faure, a exprimé ses préoccupations lors d’une interview accordée à France Info le 13 février. Selon elle, les enseignes étrangères qui proposent des vêtements bon marché ne sont pas bénéfiques pour l’économie française. Au contraire, elles incitent les Français à surconsommer et entraînent de nombreux problèmes. Julia Faure affirme que le développement du low-cost appauvrit à la fois les individus et le pays dans son ensemble.

publicité

 

Share This Article